ActuBurkina
A la une Politique

VISITE DU PRESIDENT NANA AKUFO-ADDO A OUAGA: pour le renforcement de la coopération Burkina-Ghana

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo est arrivé dans la matinée de ce 4 mai 2017, dans la capitale burkinabè pour une visite de travail de 48 heures. Au menu de cette visite, la consolidation des relations historiques entre le Burkina Faso et le Ghana.

Remercier le président du Faso pour avoir participé à son investiture le 7 janvier dernier, à Accra. C’est une des raisons de la visite du chef de l’Etat ghanéen, Nana Akufo-Addo, en terre burkinabè. « Après les élections qui se sont déroulées au Ghana et qui m’ont porté au pouvoir, j’ai estimé qu’il était nécessaire de faire le tour pour saluer mes collègues et les différents peuples de la sous-région. Je suis  venu  dire merci au président du Faso  pour sa participation à mon investiture tenue en janvier dernier,   parce qu’il demeure un ami de la république du Ghana », a déclaré le président ghanéen, à l’issue de son  bref entretien avec son homologue burkinabè au salon d’honneur de l’aéroport international de Ouagadougou.  Mais au-delà des remerciements, le président ghanéen est surtout venu échanger avec son homologue du renforcement de la coopération bilatérale entre les deux nations.  « Je suis là pour continuer à consolider les relations historiques entre nos deux peuples  et nos deux pays. Pour ce qui concerne particulièrement le Burkina Faso, nous allons revoir la coopération bilatérale qui date de depuis belle lurette », a poursuivi le successeur de John Dramani Mahama selon qui  « l’avenir de la CEDEAO » ne sera pas occulté lors des échanges.

Il faut noter que c’est à 10 h GMT que le chef de l’Etat ghanéen a foulé le sol burkinabè. A sa descente d’avion, il a été accueilli par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, plusieurs  membres du gouvernement, des Corps constitués et la communauté ghanéenne vivant au Burkina Faso. Cette visite de travail de 48 heures  prend fin  demain 5 mai  et  sera sanctionnée par la  signature et la lecture d’un communiqué conjoint suivies  d’un point de presse des deux chefs d’Etat.

Colette DRABO

Articles similaires

GUINEE CONAKRY: la hache de guerre définitivement enterrée ?

ActuBurkina

NIGER: 28.000 migrants rapatriés d’Algérie depuis 2014 (ONU)

ActuBurkina

Journée africaine de lutte contre la corruption 2023 : le message du contrôleur général d’état adjoint

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR