ActuBurkina
A la une Edito Politique

VIOL D’UNE LYCEENNE PAR DES FILS DE DIGNITAIRES AU TCHAD: ça tombe mal pour Déby

La tension monte sur les rives du lac Tchad. En effet, des enfants de dignitaires du régime d’Idriss Déby ont violé une fille avant de balancer l’enregistrement vidéo de leur forfait sur les réseaux sociaux. Ce double crime a réveillé une société tchadienne qu’on croyait anesthésiée par la dictature de Déby. Outrés, les camarades de lycée de la jeune fille et d’autres jeunes ont organisé une marche sur le palais de justice, mais cette marche a débouché sur une répression policière avec à la clé un mort. Le président Déby lui-même a dû sortir du bois pour condamner un «acte barbare, ignoble et innommable». «Je rassure toutes les filles, toutes les mères, tous les jeunes, bref tous les Tchadiens que justice sera rendue et que plus jamais cela ne se répétera», a déclaré Déby qui s’est rendu à l’évidence qu’il ne pouvait pas banaliser une telle affaire au risque de donner une occasion aux lycéens, avec qui il entretient déjà des relations tumultueuses, de rendre N’djamena ingouvernable.

Déby doit mettre un point d’honneur à faire rendre gorge à ces jeunes délinquants sexuels

On dit souvent que quand les régimes durent au pouvoir, ils finissent par casser les ressorts moraux sur lesquels ils sont assis. Est-ce le cas du régime d’Idriss Déby ? Difficile d’y répondre, mais tout porte à croire que n’eût été cette manif, cette affaire de viol serait passée sous silence parce qu’elle implique les enfants de dignitaires du régime. C’est le règne de l’impunité. Car le président Déby et ses hommes règnent sans partage sur le Tchad et ce après avoir anéanti tous les foyers de contestation. Cela dit, Déby devrait se convaincre que si des fils de gourous de la République défient la loi pour se permettre pareil comportement, c’est parce qu’ils se croient tout permis. C’est pourquoi il doit mettre un point d’honneur à faire rendre gorge à ces jeunes délinquants sexuels pour apaiser la furie des scolaires. Toute manœuvre tendant à soustraire les bourreaux de la justice au prétexte qu’ils sont des fils de dignitaires, ne serait ni plus ni moins qu’un encouragement à l’impunité.

Dans tous les cas, cette affaire tombe mal pour le président tchadien qui, dans la perspective de la présidentielle du 10 avril prochain, essaie de donner des signes d’un homme soucieux de la promotion de la démocratie, en proposant de limiter le nombre des mandats présidentiels aux fins de favoriser l’alternance. De plus, pour un président en exercice de l’Union africaine sur qui sont braquées toutes les caméras du continent et du reste du monde, une telle affaire constitue une très mauvaise publicité.

Michel NANA

Articles similaires

AVIS DE RECRUTEMENT

ActuBurkina

2E COMPACT DU MCC AU PROFIT DU BURKINA : plus de 8 millions de Burkinabè bénéficiaires

ActuBurkina

COTE D’IVOIRE : des morts et des blessés dans le crash d’un avion-cargo à Abidjan

ActuBurkina

1 commentaire

sawadogo micheline 17 février 2016 at 20 h 04 min

pourquoi?

Répondre

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR