ActuBurkina
A la une Edito

UNE PETITE FILLE UTILISEE COMME BOMBE AU NIGERIA : Boko Haram a atteint le summum de la bêtise

Au moins 19 personnes ont péri samedi dernier, lorsqu’une bombe fixée sur une fillette d’une dizaine d’années  a explosé dans un marché de Maiduguri, grande ville  du Nord-Est du Nigeria, à l’heure où le marché grouillait de monde. Cet attentat porte la sinistre marque de fabrique de Boko Haram. Fin 2014, ce même marché avait déjà essuyé  deux attaques meurtrières  commises par des femmes  portant des explosifs. Fin novembre, on avait recensé  45 morts, puis 10, le 1er décembre. Depuis six ans que dure son combat  pour imposer un Etat islamique rigoriste au Nigeria, le groupe islamiste Boko Haram a multiplié le recours à des femmes et des jeunes filles pour commettre des attentats. Selon certains analystes, Boko Haram procède ainsi, parce que  ces   femmes ou jeunes filles  ont beaucoup plus de facilité à  passer les contrôles de police. Face à la chevauchée  diabolique de Boko Haram qui a atteint le summum de la bêtise humaine, à travers l’utilisation d’une petite fille de 10 ans pour porter une bombe, le président  nigérian,  qui devait prendre toutes les mesures  nécessaires pour répondre à la menace Boko Haram, semble avoir baissé les bras. En effet, Goodluck  Jonathan a, depuis longtemps,  abdiqué face à un phénomène qui s’amplifie d’année en année. Ainsi donc, il vient de donner la preuve, à travers cet autre attentat,  qu’il ne se préoccupe guère du sort de sa population.

C’est le lieu d’interpeller la population nigériane sur la nécessité de prendre son destin en main

En menant ce genre d’attaque  dans un marché qui regroupe aussi bien des musulmans que des chrétiens,  la secte islamiste a montré à quel point elle manque de cohérence. Et puis, en quoi ce marché peut-il être une émanation du « Satan occidental » ? C’est le lieu d’interpeller la population nigériane sur la nécessité de prendre son destin en main,  en entamant une grande marche de mobilisation à l’effet de contraindre son président à rendre le tablier.  D’autant que le président camerounais, Paul Biya, aura eu plus de mérite que Goodluck Jonathan. Lui dont  l’armée ne cesse d’affronter la nébuleuse Boko Haram sur le terrain, vient de lancer un appel à la mobilisation  de  la communauté internationale pour venir à bout de la secte. Au regard de la situation qui prévaut au Nigeria, faut-il imputer l’échec de la lutte contre Boko Haram à ce seul pays ? Assurément, non. La communauté internationale dans son ensemble, devra aussi faire preuve de fermeté face à cette escalade sanglante contre la population civile du Nigeria. Si rien n’est fait, la liste des victimes risque encore de s’allonger. A l’approche de la présidentielle, il faut encore  craindre des vagues d’attentats à la bombe, les combattants de Boko Haram ne montrant aucun respect pour la vie  humaine.

Articles similaires

Journée mondiale de l’enfance : les enfants partagent leurs préoccupations avec le Chef de l’État au palais de Koulouba

ActuBurkina

Pèlerinage 2023 à la Mecque : Chaque pèlerin devrait débourser la somme de 3 593 000 F CFA

ActuBurkina

PROCLAMATION DES RESULTATS AUX COMORES : Que peut bien cacher cette cacophonie au sein de la CENI ?  

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR