ActuBurkina
A la une Société

TRAFIC D’ENFANTS: 38 mineurs interceptés à Gonsé, remis à leurs parents

En partance pour Bobo Dioulasso,  Mali et la Côte d’Ivoire pour être employés dans des sites d’orpaillage, 38 enfants (13 à 17ans) ont été intercepté à la frontière Burkina Faso-Côte d’Ivoire. Ces mineurs conduits au Centre d’éducation et de formation professionnelle de Ouagadougou (CEFPO), ont été officiellement remis à leurs parents lors d’une cérémonie présidée par la ministre de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, Marie Laurence Ilboudo/ Marchal, le 03 février 2020 à Ouagadougou.

« Nous interpellons les parents à ne pas inciter leurs enfants à aller chercher du travail ailleurs car cela peut contribuer à fragiliser le tissu sécuritaire ». Tel est le cri du cœur lancé par la ministre en charge de l’action sociale, Laurence Ilboudo/ Marchal à l’endroit des parents,  lors de la cérémonie d’échanges avec les parents des 38 mineurs interceptés par les services de sécurité de Gonsé, le 3 février. Selon elle, il est important que les parents s’engagent à lutter contre la mobilité des enfants surtout dans ce contexte sécuritaire afin qu’ils ne soient pas de potentiels candidats pour les terroristes. En effet, les 28 et 30 janvier 2020, respectivement 23 et 29 jeunes dont 38 enfants (13 à 17 ans) et 12 adultes (18 à 28 ans) en partance pour Bobo Dioulasso, le Mali et la Côte d’Ivoire ont été interceptés par les services de sécurité de Gonsé à la frontière avec la Côte d’Ivoire. Ces mineurs au nombre de 38 et dont l’âge est compris entre 13 et 17 ans,  viennent de la région du Plateau central, du Centre-est et du Centre nord et étaient censés aller travailler sur des sites d’orpaillage de  leurs lieux de destination,  selon la ministre. Mais grâce à la vigilance des forces de sécurité, leur convoi a été intercepté et ils ont été conduits au CEFPO. A leur arrivée au centre, à en croire Romuald Sandwidi, directeur du centre, ces enfants ont bénéficié d’une prise en charge alimentaire, sanitaire et vestimentaire. Et des actions pour entrer en contact avec leurs parents ont immédiatement été entreprises. 16  parents étaient présents à cette cérémonie de remise officielle des enfants, laquelle a été précédée par des séances de sensibilisation au profit des mineurs et de leurs parents. Afin d’assurer un retour effectif en famille de ces mineurs, la ministre a relevé  qu’un certain nombre d’actions ont été entreprises entre autres le suivi des enfants dans leur localité pour leur réinsertion, la sensibilisation des parents et des séances de sensibilisation dans les localités concernées. Selon la ministre de l’action sociale, au cours de l’année 2019, l’on a recensé dans le Plateau central,  161 enfants en situation de mobilité dont 71 victimes de traite qui ont été pris en charge, dans le Centre-est,  77 enfants en situation de mobilité dont 43 victimes de traite et pris en charge.

Samiratou OUEDRAOGO

(Stagiaire)

Articles similaires

RECRUTEMENT CRS

ActuBurkina

Tchad : l’Union africaine souhaite accompagner la transition

ActuBurkina

Niger: mesures de sécurité renforcées à Zinder contre Boko Haram

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR