ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Tchad: la junte signe à Doha un accord avec des rebelles pour un dialogue national

Il aura fallu cinq mois, mais c’est désormais chose faite : le président tchadien de transition Mahamat Idriss Déby et plusieurs groupes rebelles sont finalement parvenus à un accord. Le texte a été signé ce lundi matin 8 août à Doha, et doit permettre la participation des politico-militaires au dialogue national inclusif du 20 août. La communauté internationale a salué ce texte, « un moment clé pour le peuple tchadien », selon le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Le chef de la junte au Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a signé lundi au Qatar un accord avec une quarantaine de factions rebelles sur l’ouverture d’un dialogue national pour la paix le 20 août à N’Djamena, auquel deux des principaux mouvements rebelles ont refusé de participer.

L’accord prévoit tout d’abord un cessez-le-feu général dès sa signature. Il engage le camp des rebelles, et le Conseil militaire de transition, à ne mener aucune action militaire l’un contre l’autre. Les parties doivent aussi dérouler un programme DDR, pour « Désarmement, démobilisation et réinsertion ».

Une loi d’amnistie en faveur des rebelles condamnés est également prévue, et la sécurité des éléments des groupes armés et de leurs proches est garantie par les autorités tchadiennes. En retour, les groupes politico-militaires doivent renoncer définitivement à la lutte armée et aux actions violentes. Ils s’engagent à cesser tout recrutement de nouveaux combattants, et à déclarer leurs effectifs et leur armement. Chaque partie promet de libérer les prisonniers capturés dans les divers affrontements.

L’accord prévoit enfin du dialogue national, qui portera notamment sur la réforme de l’armée et la révision de la charte de transition, ainsi que la non-participation des membres de la transition aux prochaines élections.

Source: RFI

Articles similaires

PHILIPPINES : le président annonce le retrait de son pays de la CPI

ActuBurkina

AG DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE L’ETAT : 48 heures pour analyser la santé financière de 88 des 105 EPE

ActuBurkina

ELECTIONS 2020 AU BURUNDI : 10 % des salaires des fonctionnaires retenus pour le financement

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR