ActuBurkina
A la une Société

SYNDICAT AUTONOME DES AGENTS DU TRESOR : le ton se durcit

Les responsables du Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina (SATB) étaient face à la presse ce 17 mai 2017 pour donner un certain nombre d’informations relatives à la lutte qu’il mène actuellement. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ton monte malgré quelques avancées  sur certains points de revendication.

L’heure n’est pas à l’accalmie à la Direction générale du Trésor et de la comptabilité publique malgré quelques avancées sur certains points de la plateforme revendicative minimale du SATB.  Selon le secrétaire général du SATB, Seini Koanda, sur les 19 points de revendication, 8 ont enregistré des avancées  sauf  que les propositions de réponses du gouvernement restent pour la plupart largement en deçà de leurs attentes. A l’en croire, malgré ces avancées, il y a quatre points sur lesquels il y a blocus. « Il y a l’institution du statut autonome de l’agent du Trésor, le régime indemnitaire de l’agent du Trésor, la relecture des textes portant condition et modalités de répartition de la prime de rendement et le relèvement du taux minimal appliqué à la trésorerie net à 0,75 pour la réexamination du montant du  Fonds commun », a-t-il énuméré avant  d’ajouter qu’un autre point de blocage est « la question de la dotation des services en personnel et moyens suffisants en qualité et en quantité ».

Au regard de cette situation, le syndicat  invite ses militants à observer un sit-in allant du 22 au 29 mai de 7h à 15 h sur toute l’étendue du territoire élargie aux consulats et ambassades du Burkina à l’étranger. De l’avis du SG, si à l’issue de cet arrêt de travail, la plateforme n’est pas satisfaite, un arrêt de travail allant du 30 mai au 18 juin sera observé. Si la situation ne venait pas à être améliorée, le SATB observera un arrêt illimité de travail pour exiger la satisfaction de sa plateforme.

A la question de savoir pour un durcissement du ton alors que les négociations sont en cours, M. Koanda a répondu : « il y a négociation certes mais nous rappelons encore que la plateforme date de 2016. Certains points datent de plus de 10 ans. Sur les 19 points, il y a près d’une dizaine  qui, normalement,  face à une administration responsable, ne devrait plus figurer sur une plateforme revendicative d’une organisation syndicale.  Si nous avons durci le ton, c’est parce qu’en face de nous, on ne joue pas franc-jeu. Et quand tu connais ton adversaire, tu multiplies toutes les stratégies pour le mettre en difficulté ».

Qu’à cela ne tienne, en ce qui concerne le paiement des salaires des travailleurs, le SG a indiqué le bureau national du SATB a « reçu quitus afin de prendre attache avec l’administration pour la mise en place exceptionnelle d’un dispositif pour ne gérer rien que les opérations ayant trait au paiement des salaires, des pensions et pécules ». Toutefois, prévient-il, « de telles exceptions ne sauraient être la règle si d’aventure notre niveau de satisfaction reste le même qu’aujourd’hui ».

Colette DRABO

Articles similaires

RD CONGO : six militants de la Lucha libérés après 4 mois de détention

ActuBurkina

Brics : une réunion sur Gaza avec Poutine

ActuBurkina

33e ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA : une procession pour exiger l’ouverture sans délai du dossier

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR