ActuBurkina
A la une Politique

Soutien à la transition :  la coalition Faso « Lagam Taaba Zaka » annonce un meeting pour le 1er juillet prochain

La coalition Faso « Lagam Taaba Zaka » a animé, dans l’après-midi de ce 22 juin 2023, à Ouagadougou, une conférence de presse au cours de laquelle elle a annoncé la tenue d’un « meeting de soutien aux réformes » annoncées par le Premier ministre, Me Apollinaire Kyélem de Tambèla.

La coalition Faso Lagam Taaba Zaka est reconnaissante envers les autorités de la transition pour les résultats engrangés sur le terrain. C’est pourquoi les premiers responsables de la coalition ont félicité les autorités pour les « nobles actions en cours de téléchargement » et invité la population à sortir massivement le 1er juillet prochain. « Nous saluons le gouvernement pour les efforts et les succès engrangés sur le terrain et invitons la population à sortir massivement le 1er juillet 2023 pour dire oui et soutenir les propos du Premier ministre portant sur la relecture de notre Constitution », a déclaré le secrétaire général de la coalition Faso « Lagam Taaba Zaka », Ousmane Ouédraogo, lors de la conférence de presse animée par la coalition, ce 22 juin 2023.   Selon lui, la relecture de la Constitution annoncée par le chef du gouvernement, le lancement de l’Agence pour la promotion de l’entrepreneuriat communautaire (APEC) et le rapprochement avec le peuple frère du Mali sont des actions à saluer.

Toutefois, cette rencontre avec la presse a été l’occasion pour la coalition de s’en prendre ouvertement à l’ex-ministre en charge des affaires étrangères sous Blaise Compaoré, Djibril Bassolé, que les conférenciers ont d’ailleurs comparé au général Abou Tarka du Niger, qui a accusé les autorités burkinabè de s’être « isolées de la scène internationale pour lutter contre le terrorisme, sans réels moyens ». Pour les conférenciers, Djibrill Bassolé tient des « propos diffamatoires sur la création des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) ».

A leur avis, pour avoir occupé de hautes fonctions dans le gouvernement, il ne devrait pas réagir de la sorte. « Il est donc déplorable et même chaotique de savoir que lui, ayant occupé de hauts postes, ait une analyse médiocre de telle envergure sur nos VDP », a affirmé le SG.  « En lieu et place d’aller sur les réseaux sociaux et tenir des propos sarcastiques, nous l’invitons à venir achever ce qu’il avait entamé avec la justice », a ajouté Ousmane Ouédraogo qui na pas été tendre envers la Commission nationale des droits humains (CNDH). « Concernant la CNDH qui veut former ses VDP qui iront sur les différents fronts pour relayer les propos, nous disons non parce que nos VDP ont été formés par la vaillante armée burkinabè, très aguerrie. Si cette même armée est arrivée à former des gens prêts à aller sur les différents champs de bataille pour faire face aux ennemis, nous ne trouvons pas nécessaire qu’ils (NDLR : la CNDH) envoient des gens pour inspecter car ces inspecteurs pourraient être des espions qui vont donner les positions et les types d’armement de nos soldats aux ennemis qui nous endeuilleront.  Faso Lagam Taaba Zaka considère cela comme une sorte d’espionnage avec un agenda caché. Et nous disons non ! », a fait savoir le SG.

CD

Articles similaires

SOUPCONS DE MALVERSATIONS AU CSC: la liste des personnes poursuivies et les charges pesant sur elles

ActuBurkina

DEDICACE DE IMILO LECHANCEUX: UNE PLEIADE DE STARS Y ONT PARTICIPE

ActuBurkina

Procès Thomas Sankara: la tension monte entre Diendéré et Me Prosper Farama

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR