ActuBurkina
A la une Société

SITUATION SECURITAIRE AU BURKINA : « … nous allons arrêter la chienlit », dixit Simon Compaoré

Le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure (MATDSI), Simon Compaoré, entouré de la haute hiérarchie militaire, était face à la presse ce 21 octobre 2016, à Ouagadougou, pour faire le point sur les attaques perpétrées ces derniers temps, notamment celle d’Intangom, de Péréboulé, et l’affaire du pont Nazinon.

« En attendant que l’armée et la gendarmerie interviennent, nous pouvons dire qu’avec l’aide des populations, nous allons arrêter la chienlit ». C’est ce qu’a déclaré le ministre d’Etat, Simon Compaoré en réponse aux différentes attaques constatées sur le territoire national. « S’il se trouve que certains de nos compatriotes ont des aspirations aux antipodes de celles de nos populations, c’est à nous tous, ensemble, de leur dire de faire cesser ces manœuvres visant à endeuiller des familles. Nous avons les moyens et nous allons les mettre en œuvre ensemble. Quand un peuple est déterminé, rien ne peut l’arrêter », a-t-il ajouté.

Concernant l’affaire du pont Nazinon, le MATDSI a fait savoir que l’adjudant-chef Gaston Coulibaly, secondé par le sergent Kalifa Zerbo et le soldat de 1re classe Issaka Yelemou, tous de l’Ex-RSP,  avaient travaillé à recruter une trentaine de militaires ex-RSP en vue de déstabiliser les institutions de la république et prendre le pouvoir par la force. Ainsi, dans la nuit du 8 octobre 2016, n’eût été l’échec de leur plan, ces militaires recrutés devaient attaquer la caserne de la gendarmerie à Ouagadougou, la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) pour libérer les détenus, séquestrer certaines autorités, s’attaquer à la présidence pour prendre le pouvoir. Selon le ministre, à ce jour, 32 militaires ont été entendus dans cette affaire, 19 d’entre eux sont gardés à vue dont 10 déférés et présentés au commissaire du gouvernement, 10 civils entendus, une personne en l’occurrence l’adjudant-chef Gaston Coulibaly toujours en fuite, une saisie de matériel militaire a été opérée dont un fusil kalachnikov, 6 chargeurs garnis et plusieurs centaines de cartouches découverts. Des investigations et d’autres interpellations, à en croire le ministre Compaoré, ne sont pas à exclure.

Tout en invitant la population à toujours rester dans la dynamique de la coopération avec les forces de défense et de sécurité, le ministre a laissé entendre que les textes seront appliqués dans toute leur rigueur contre les brebis galeuses  qui n’ont pour seul souci que de déstabiliser le pays.

 

Colette DRABO

Articles similaires

POLITIQUE : Tahirou Barry rejoint le groupe parlementaire UPC

ActuBurkina

ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR LE FONCIER URBAIN: ce que dit le rapport de synthèse

ActuBurkina

IMPUNITE DES CRIMES ECONOMIQUES ET DE SANG : des journées de dénonciation, les 19 et 20 mai prochains

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR