ActuBurkina
A la une Politique

Situation nationale: la MIFA interpelle le chef de l’Etat au remplacement du contrôleur général de l’ASCE-LC et la relance des audits

Ceci est une déclaration de la Mobilisation des intelligences pour le Faso et l’Afrique (MIFA) sur l’actualité nationale.

Le Burkina Faso comme un des pays d’avant-garde en Afrique dans la lutte contre l’impérialisme et pour l’abolition du Pacte colonial pour le recouvrement de son indépendance totale.

Depuis plusieurs années le Burkina Faso fait face à une invasion terroriste dont la pression se fait de plus en plus forte. Cet état de fait a conduit à une instabilité politique caractérisée par deux coups d’état militaires en l’espace d’une année. La détérioration de la situation sécuritaire a entrainé une occupation croissante du territoire avec son cortège de morts et de déplacés et mettant à mal la cohésion sociale et le développement du pays.

La situation que nous vivons est consécutive à la destruction de la Lybie par les forces de l’OTAN (avec à sa tête les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne), et la mauvaise gouvernance.

En dépit de cette condition difficile, le régime du Capitaine Ibrahim TRAORÉ recueille jusque-là l’espoir et l’espérance populaires contrairement aux deux autres régimes précédents.

C’est le lieu pour la MIFA de saluer et d’encourager le peuple burkinabè debout derrière son armée qui fait preuve d’une grande résilience (enrôlement dans l’armée, mobilisation dans les VDP, soutiens financier et matériel pour les opérations de la paix, etc.) malgré cette expansion rapide de l’hydre terroriste dans notre pays soutenue par l’impérialisme «otanien» (OTAN) et singulièrement français.

Dans le même ordre d’idées, la MIFA félicite le Président et le gouvernement de la Transition pour certains actes courageux empreints d’esprit de souveraineté et de patriotisme réalisés. Nous pensons, en l’occurrence, à la dénonciation d’accords de nature impérialistes (accord de défense, convention fiscale de non double imposition, convention de cession de l’aéroport de Donsin), et à la volonté d’opérer des choix souverains notamment partenariaux, etc.

Cependant, si l’espoir et l’espérance de sortir de la crise sécuritaire connaissent une dynamique positive de fait, il n’en demeure pas moins que les résultats tangibles au plan national ne sont pas encore à la hauteur des espérances populaires. Les défis économiques, sociaux et de gouvernance demeurent largement en vigueur en dépit des actions entreprises jusque-là.

La MIFA interpelle le Président et son gouvernement sur un certain nombre de réalités à prendre en compte dans la gouvernance actuelle et ce dans les meilleurs délais. Il s’agit entre autres de :

  • L’intégration du volet « cohésion sociale » dans la stratégie globale de lutte contre le terrorisme ;
  • Le respect de la parole donnée et le principe de la séparation des pouvoirs en dépit du fait de la volatilité du contexte ;
  • La culture de transparence dans le secteur de la défense ;
  • Le sens de la responsabilité et de la rigueur dans le traitement des problématiques nationales ;
  • Le remplacement du contrôleur général de l’ASCE-LC et la relance des audits.

Aujourd’hui, nous pouvons constater qu’à l’instar des autres peuples africains, le peuple burkinabè et sa jeunesse en particulier, que les nations veulent l’indépendance totale et les peuples la liberté. C’est pourquoi, la MIFA, à travers la présente déclaration :

  • Soutient les efforts de paix qui sont engagés dans la lutte contre l’impérialisme d’où qu’il vienne pour la libération totale de notre pays pour une véritable indépendance ;
  • Dénonce toute forme d’entreprise déstabilisatrice et criminelle de la part de l’impérialisme français et de ses succursales (UEMOA, CEDEAO, etc.) ;
  • Salue le soutien apporté par les pays de la ligne de front (Burkina, Mali, Guinée) au peuple frère du Niger dans sa conquête de la liberté et du progrès ;
  • Fait remarquer que la démocratie n’est pas un discours de circonstance, mais une pratique quotidienne qui rythme avec la pratique et les faits quotidiens ;
  • Appelle le Burkina à la solidarité anti-impérialiste et à créer avec le Mali, la Guinée, le Niger et tout autre pays dans le sillage une véritable ligne de front avec comme objectif général la libération de ces pays de l’impérialisme international jusqu’à l’indépendance totale ;
  • Met en garde les valets locaux nostalgiques des situations de rente dont ils bénéficiaient sous les régimes passés qui veulent ramer à contre-courant de l’histoire.

L’Histoire des peuples voltaïque et burkinabè est jalonnée de résistances contre les envahisseurs d’où qu’ils viennent, de résilience, d’échecs mais surtout de succès. Unis contre les vassaux de l’impérialisme, nous vaincrons l’adversité d’où qu’elle vienne.

La MIFA appelle le Président Ibrahim Traoré et son gouvernement et en symbiose avec le peuple burkinabè à approfondir la lutte anti-impérialiste à travers la dénonciation de tous les accords néocoloniaux qui restent.

Ouagadougou, le 24 août 2023

Pour la MIFA, Le Président,

Pr. Taladidia THIOMBIANO

Téléphone : 70 44 58 16  

Articles similaires

NIGERIA : 82 lycéennes de Chibok libérées des griffes de Boko Haram

ActuBurkina

MENAPLN : les affectations des IAC par tirage au sort prévus le 13 septembre  prochain

ActuBurkina

ÉGYPTE : plus de 235 morts dans l’attaque d’une mosquée dans le Sinaï

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR