ActuBurkina
A la une Société

SITUATION HUMANITAIRE DANS LE SAHEL : environ 12 millions de personnes dans le besoin

Dans le but de tirer la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire au Sahel, le CICR (comité international de croix rouge) a tenu une conférence de presse le  20 avril 2018 à Ouagadougou, à son  siège.

La situation humanitaire dans la région du Sahel est très alarmante. De l’avis de Patrick Youssef, directeur régional du CICR pour l’Afrique, « les situations de violences laissent énormément de personnes tuées, beaucoup de personnes déplacées, à peu  près 12 millions de personnes dans le besoin d’aide humanitaire dans cette région du Sahel ». Une réalité parfois oubliée alors que, a-t-il dit,  « ces chiffres vont crescendo en augmentant chaque jour ». Pour ce qui concerne le cas spécifique la province du Soum, Dénis Bakyono, directeur de croix rouge Burkina,  a souligné  que «la situation n’est pas alarmante pour le moment mais peut l’être si elle ne s’apaise pas ». A l’en croire, « la croix rouge, avec l’aide des partenaires,  travaille au Soum pour venir en aide aux populations », toutefois il rencontre des difficultés dont la modicité de ses moyens, le difficile accès  aux zones non  contrôlées par l’Etat. C’est pourquoi, face aux hommes de médias, Patrick youssef a interpellé  ces derniers  à être les ambassadeurs de cette crise en informant  l’opinion  sur la situation de ceux qui n’ont pas choisi de faire la guerre. Il a invité aussi les politiciens à trouver des solutions durables à ces différentes crises, trouver des espaces pour que les humanitaires puissent intervenir  et surtout soutenir le CICR à  accéder aux personnes vulnérables. « Le  CICR n’est qu’un contributeur, il ne peut pas couvrir à tous les besoins. Nous œuvrons à parler à ceux qui peuvent vraiment changer la donne », a dit le directeur régional du CICR.

Pour rappel,  les activités du CICR consistent entre autres à répondre aux urgences ; réfléchir à des réponses à long terme afin de permettre aux populations de se remettre par elles mêmes à travers des formations, des soutiens financiers ; assurer la protection des populations, etc.

Mariam ZOUANGA

(Stagiaire)

Articles similaires

Prise en charge des malades du Covid-19 au Burkina : plus de 7 000 agents de santé formés

ActuBurkina

NOUVELLE GROGNE DES MILITAIRES EN COTE D’IVOIRE : les mutins exigent la prise en compte de tous les corps d’armée dans le paiement des primes

ActuBurkina

OUAGADOUGOU : Un employé d’une société minière se pend à Bangr-Wéogo, à la veille de son mariage

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR