ActuBurkina
A la une Politique

SESSION DU BUREAU POLITIQUE MPP : « Si un militant du MPP a posé un acte qu’il sait interdit, il sera laissé seul devant la justice », Simon Compaoré

Le Bureau politique national (BPN) du Mouvement du peule pour le progrès (MPP) s’est réuni pour la première session de l’année 2021 ce 13 février à Ouagadougou. Présidée par le président du parti, Simon Compaoré, l’ordre du jour à consisté à l’audition du rapport du Bureau exécutif national au BPN portant sur les élections couplées présidentielle et législatives du 22 novembre dernier.

Conformément aux textes du parti au pouvoir, et selon son président, Simon Compaoré les sessions du Bureau politique national (BPN) sont régulièrement tenues. En effet, tous les trois mois le BPN analyse les problèmes du parti et de la nation. C’est donc la première session de l’année 2021 qui se tient ce jour 13 février. L’ordre du jour a consisté à l’audition du rapport du bureau exécutif national au BPN portant sur les élections couplées présidentielle et législatives du 22 novembre dernier.

Comme il est de coutume au MPP, a affirmé Simon Compaoré, à la fin de chaque compétition électorale, un rapport est dressé à l’effet d’analyser le déroulement de la campagne électorale et les résultats engrangés. Cela permet au parti de consolider les acquis, de corriger les insuffisances constatées çà et là, et de se fixer les perspectives qui s’imposent. « Pour un parti responsable comme le nôtre c’est un exercice auquel on doit se soumettre si nous voulons que le parti mérite bien son titre de premier parti du Burkina », a laissé entendre Simon Compaoré. Le président du MPP a indiqué qu’au cours du BPN, des sanctions pourraient être prises soit pour féliciter des militants pour leur dévouement au travail, soit pour blâmer ou exclure des camarades du parti selon la gravité de la faute commise par le militant. « Nous sommes fiers de notre victoire parce qu’est est acquise honnêtement, a clamé Simon Compaoré. Concernant le dressé par le REN-LAC sur la corruption électorale qui incrimine le MPP et d’autres partis, Simon Compaoré a rétorqué « nous allons répondre la tête haute parce que nous n’avons jamais eu recours à  la fraude ou à la corruption pour gagner ces élections ».

Quant à la question de militants du MPP tels que la maire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso et celui de la commune de Pama, qui ont étés arrêtés par la justice, Simon Compaoré a fait savoir que le MPP est à l’aise sur cette préoccupation. Il explique que les maires de communes issus des rangs du MPP savent bien ce que les populations attendent d’eux, selon une déontologie bien claire. Pour lui si quelqu’un faute, il serait responsable de ses propres turpitudes.  Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a posé des actes délictueux à quelque niveau que ce soit. (conseiller, maire député, ministre). La personne incriminée est simplement remplacée par une autre pour la continuité.

Simon Compaoré a insisté pour dire que bien souvent des camarade son parti sont victimes collatérales. Dans ce cas de figure   dit -il, le parti est tenu de s’attacher les services d’un avocat pour suivre l’affaire. Cependant si un militant a posé un acte qu’il sait interdit parce qu’il a besoin de tromper l’administration ou les citoyens pour avoir son « chiopchiop », il sera laissé seul devant la justice et la justice devrait aller jusqu’au bout de la procédure.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

Le coup de gueule de Biya : « Mes collègues rendent hommage aux morts Français mais les morts de chez nous, ils s’en foutent. Vous faites honte à l’Afrique »

ActuBurkina

23e RIC de DEDOUGOU: L’ex chef de corps affecté à la division des opérations de l’état-major de l’armée de terre

ActuBurkina

MINISTERE DE L’ECONOMIE : le message de la CS-MEF au président du Faso

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR