ActuBurkina
A la une Edito

SCRUTIN PRESIDENTIEL AU TCHAD : Deby en roue libre  

 

Le 10 avril 2016, les  Tchadiens éliront le prochain président qui doit présider aux destinées de leur pays pour les 5 ans à venir. Le président Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 25 ans, est candidat à sa propre succession, après 4 mandats successifs. Ladite élection se tiendra dans un climat très tendu, avec le retrait des acteurs de la Société civile tchadienne du processus électoral, pour matérialiser leur rejet de la candidature de Idriss Deby. 7 des 13 partis engagés contre Deby, ont signé un accord en vue de fédérer les moyens pour éviter la manipulation des résultats du scrutin au profit du président sortant. Les violences verbales qui fusent du camp de l’opposition comme du camp présidentiel, témoignent de l’ambiance volatile qui règne actuellement dans le pays, avec le risque imminent de violences post-électorales. En effet, le contexte nouveau commande que Deby change, mais l’homme ne semble pas tirer leçon de l’histoire récente de l’Afrique.

La grande interrogation reste le taux de participation

Il faut donc croire que la lutte de l’opposition va se mener beaucoup plus sur l’après-élection. Puisque la configuration actuelle des choses montre que le dictateur va se faire réélire sans coup férir. La grande interrogation reste toutefois le taux de participation à ce scrutin. Les différents candidats à l’élection présidentielle, Deby y compris, semblent avoir trouvé solution à cette inquiétude. En effet, chacun a fait acte de candidature dans son fief, demandant à sa communauté d’appartenance de lui accorder le maximum de voix. Certes, cela a le mérite de drainer des foules et de contribuer à rehausser le taux de participation. Mais voir des personnalités qui aspirent à la fonction présidentielle surfer sur la fibre tribale, cela peut bien paraître dangereux pour la République. A cela, il faut ajouter Boko Haram qui n’a pas encore dit son dernier mot. La CENI qui est constituée d’acteurs acquis à Idriss Deby Itno va sans doute pré-fabriquer des résultats pour Deby. Dès lors, on peut se demander légitimement ce que sera le nouveau mandat de Deby. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne sera pas de tout repos. En tout cas, il y a des signes qui ne trompent pas. Le peuple tchadien qui est excédé par la boulimie du pouvoir de Deby, est capable du pire.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

Situation sécuritaire au Burkina : le Soleil d’Avenir appelle à l’union sacrée autour  des intérêts supérieurs de la Nation

ActuBurkina

Présidentielle au Burundi : bilan d’une journée d’élection sous tension

ActuBurkina

RDC : Bemba sous surveillance de la CPI en attendant son transfert en Belgique

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR