ActuBurkina
A la une Culture Vie de stars

Scara, artiste-musicien : « j’ai les compétences pour apporter ma touche au rayonnement de la musique burkinabè »

L’invité de actuburkina cette semaine se nomme Ousmane Kéita avec pour nom d’artiste Scara. Etudiant en sociologie à l’université Josep Ki-Zerbo, Scara, bercé dès sa tendre enfance dans la musique a décidé de matérialiser son rêve depuis 2018. Il a son actif trois singles et un maxi de 4 titres, chantés en Dioula et en Français. Originaire de Tougan, il a des tubes à succès qui ont fait vibrer la jeunesse de Tougan et environnants. C’est un jeune artiste très déterminé à apporter sa touche au rayonnement de la musique burkinabè, qui était dans nos locaux le 27 août dernier.

Présentez-vous à nos lecteurs

Je suis Scara, à l’état civil Ousmane Kéita. Je suis un artiste-musicien évoluant dans l’Afrotap.

A quoi renvoie votre nom d’artiste ?

Scara est un acteur d’un dessin animé appelé Mangas. C’est quelqu’un qui est déterminé dans tout ce qu’il fait. C’est un Mangas de football et malgré que son équipe était faible, lui se donnait tous les moyens pour réussir. C’est ce qui m’a vraiment inspiré chez lui et j’espère avoir cette détermination dans toutes les actions que je mène dans ma vie. C’est pourquoi j’ai décidé de me faire appeler Scara, question d’avoir peut-être plus de chance dans ma vie.

Vous êtes un étudiant et vous avez décidé de vous lancer dans la musique. Quelle est la raison qui vous a poussé dans cette aventure ?

J’ai été passionné de la musique et tout ce qui touche à l’art de façon générale et ce, depuis ma tendre enfance. J’ai alors essayé de concrétiser cela et puisque la passion montait au fur et à mesure, j’ai décidé de l’exploiter pour en faire quelque chose de réel.

Avez-vous déjà un album sur le marché ?

A ce jour, j’ai deux singles et un maxi qui vient d’être mis en ligne sur YouTube, il y a un mois de cela.

Et comment se portent-ils ?

En tout cas, ils ont été bien accueillis par les mélomanes. Les gens aiment vraiment mes titres, ce qui me motive à faire encore plus pour le grand bonheur de tous ces mélomanes.

Quels sont les différents thèmes que vous abordez dans vos chansons ?

Dans ma musique, je parle presque de tout. Des faits de société et surtout des choses dans les familles.

Avez-vous un artiste qui vous a inspiré et qui vous donne envie de faire la musique ?

Au Burkina ici, je peux dire que c’est frère Malcom. C’est lui qui m’a vraiment beaucoup inspiré. Grâce à lui et à Smarty, j’ai beaucoup écouté le Rap et cela m’a beaucoup inspiré.

En tant que jeune artiste, quel est votre regard sur la musique burkinabè de façon générale ?

 

 

Vous êtes étudiant qui fait de la musique. Comment arrivez-vous à concilier vos activités académiques et celles artistiques ?

On peut dire que c’est souvent difficile de concilier l’école et la musique. Mais quand on a un programme bien organisé, on arrive à concilier les deux. Il y a des jours pour bosser et pendant ce temps, on se concentre sur ces études. Et quand c’est relaxe et qu’on ne fait pratiquement pas grand-chose, on s’adonne à la musique.

Comptez-vous évoluer dans les deux domaines ou bien la musique est un passe-temps en attendant de finir les études et trouver un emploi ?

Je compte vraiment évoluer dans les deux domaines en même temps. Mais j’ai un penchant porté beaucoup plus sur la musique. Je me donne donc à fond et je pense que j’ai les compétences pour apporter ma touche au rayonnement de la musique burkinabè.

Et quels sont les projets de Scara à court et moyen termes ?

A court terme, j’ai un single qui doit sortir dans les semaines à venir. J’envisage de sortir des clips déjà en préparation et un album s’il plait à Dieu pour l’année 2024.  Je prévois aussi d’organiser pourquoi pas des concerts.

Quels sont vos rapports avec les autres artistes ? Avez-vous fait des featuring avec certains ?

Il y a des featurings qui sont déjà enregistrés et d’autres sont en vue pour les mois à venir. J’entends matérialiser tout ceci dans mon album en 2024.

Un message à l’endroit de vos fans ?

 

 

Entretien réalisé par Colette DRABO

 

Articles similaires

RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : l’organisation des élections couplées de novembre, l’un des défis à relever

ActuBurkina

Burkina Faso-République Bolivarienne du Venezuela: 30 nouvelles bourses pour renforcer la coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur

ActuBurkina

Burkina: le MPP dénonce la séquestration et l’arrestation de ses militants

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR