ActuBurkina
A la une Société

SAHEL : Macron veut « décapiter » les groupes affiliés à Al-Qaïda

Emmanuel Macron a appelé, ce mardi 16 février, à « décapiter » les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda qui constituent toujours une menace au Sahel, et a exhorté les pays de la région au « sursaut » politique et à un retour de l’État dans les territoires délaissés. Le président français participait, en visioconférence depuis Paris, à un sommet G5 Sahel réunissant depuis lundi à N’Djamena cinq pays du Sahel : le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad. Cet événement vise à dresser un bilan des actions menées depuis le sommet de Pau, il y a un an.

En dépit des succès tactiques revendiqués, le tableau demeure très sombre. Plus de huit ans après le début, dans le nord du Mali, d’une crise sécuritaire qui continue à étendre ses métastases à la sous-région, quasiment pas un jour ne se passe au Mali, au Burkina Faso et au Niger sans qu’une attaque soit à déplorer. La barre des deux millions de déplacés a par ailleurs été franchie au mois de janvier. Depuis le sommet de Pau, où Paris avait annoncé l’envoi de 600 soldats français en renfort au Sahel et désigné l’organisation État islamique au grand Sahara (EIGS) « ennemi n° 1 » dans la région, « nous avons réussi à obtenir de véritables résultats dans la zone des trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, et l’EIGS « a perdu son emprise et subit de nombreuses pertes », a souligné Emmanuel Macron.

Mais les organisations affiliées à Al-Qaïda regroupées au sein du GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans) continuent de revendiquer de multiples attaques, a souligné Emmanuel Macron, en promettant « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter ces organisations », « dont la plus haute hiérarchie continue à nourrir un agenda djihadiste ». De son côté, le Mali s’était dit prêt, courant 2020, à ouvrir des canaux de discussion avec ces groupes affiliés à Al-Qaïda, dont la katiba Macina. Des émissaires ont été envoyés vers Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, deux figures du GSIM, nébuleuse djihadiste liée à Al-Qaïda qui est responsable de nombreuses attaques.

Très peu d’informations ont filtré sur ces contacts jusqu’au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020…

Le chef de l’État français a remercié les pays européens participant au nouveau groupement de forces spéciales Takuba, « qui acceptent ainsi de mutualiser le risque du sacrifice ultime que prennent nos soldats ». Au-delà du volet militaire, le président français a insisté sur la nécessité de « donner une perspective aux populations du Sahel », en appelant à un « deuxième sursaut : celui du retour de la sécurité et des services aux populations » et en réclamant « une impulsion au plus haurt niveau de l’État » pour réinvestir les territoires délaissés de la région. « C’est par le collectif et l’action concrète sur le terrain que nous réussirons. La France continuera d’y prendre sa part parce que je sais que chacun est ici mobilisé », a conclu Emmanuel Macron.

AFP

Articles similaires

ARRESTATION DE MARC RAVALOMANANA : Un mauvais signe pour la réconciliation ?

ActuBurkina

RDC: Vital Kamerhe autorisé à se faire soigner à l’étranger

ActuBurkina

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 1er   FEVRIER 2019

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR