ActuBurkina
A la une Ma parole Politique

Rencontre IB-OSC-Politiques : Abdoul Karim Sango donne sa lecture

Ceci est une contribution de  Abdoul Karim Sango, président du PAREN (Parti de la renaissance nationale) et ancien ministre de la culture suite à la rencontre entre le président Ibrahim Traoré, les OSC et la classe politique, le 10 novembre 2022. A travers ces lignes, l’homme de droit attend du président de la transition, l’indication sur la manière dont il voudrait que les acteurs politiques s’impliquent dans la résolution de la crise sécuritaire.

Le discours tenu en fin de semaine passée par le capitaine Ibrahim Traoré aux OSC et partis politiques est innovant.  Il  met tous les acteurs politiques face à leur duplicité et responsabilité. Nous avons à des degrés divers et différents, échoué lamentablement à porter les espérances de notre  peuple. Et cet exercice d’autocritique, si ce n’est pas nouveau garde tout son intérêt parce que ce sont des propos d’une personnalité qui exerce la fonction suprême. Tout ce qu’il dit sur le Sahel et l’Est, c’est vrai! Ils sont rares les hommes politiques à ce niveau de fonctions qui accepteraient s’indigner de cette façon. Pour notre propre survie, il faudra sans doute  réinventer le sujet Burkinabè! Mais,  cela constitue un vaste projet de développement endogène ayant pour socle nos cultures et traditions.

Au-delà de l’indignation légitime, le président de la transition devrait indiquer avec plus de précision  de quelle manière il entend être accompagné par les acteurs politiques. Quel doit être leur contribution ? Une feuille de route avec des mécanismes d’interaction assortis de calendrier précis faciliterait un tel exercice.

Soucieux de préserver l’intérêt général, et en attendant plus de précisions, le PAREN   invite toute la  classe politique à se retrouver pour signer une déclaration par laquelle chaque parti politique s’engage :

1 . à accompagner par tous les moyens la transition en cours;

2. à se démarquer de toute initiative qui viserait à entraver la marche normale de la transition en cours;

3.  à dénoncer toute entreprise de déstabilisation de la transition dont il aurait connaissance.

Abdoul Karim Sango

Président du PAREN

 

 

Articles similaires

Paris : le bureau de la section du Centre installé

ActuBurkina

SITUATION NATIONALE : Crisis group exhorte  l’UE et ses Etats membres à encourager le gouvernement burkinabè  

ActuBurkina

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU BURKINA : Pascal Zaïda demande aux « loyalistes » d’aller sécuriser le Nord

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR