ActuBurkina
A la une Société

RENCONTRE GOUVERNEMENT-SYNDICATS: le dialogue social au menu des échanges

Après le rendez-vous du  23 février dernier, le Premier ministre a, pour la deuxième fois,  échangé  ce mardi 18 octobre 2016 avec les syndicats,  à Ouagadougou. Cette rencontre, loin d’être une « rencontre de négociation entre gouvernement et syndicats »,  participe du principe de la concertation permanente à chaque fois que l’intérêt national le commande.

Faut-il le rappeler, le Burkina Faso enregistre,  depuis un certain temps, divers mouvements  enclenchés par des syndicats,  qui ont mis à mal le climat social. Face à cette situation, la poursuite et l’approfondissement du dialogue social s’avèrent indispensables pour créer un climat plus serein. D’où  cette rencontre gouvernement -syndicats.

Selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, le gouvernement ne méconnait pas l’existence de conditions de vie difficiles de nombre  des travailleurs du public et du privé,  mais certaines revendications, à son avis,  ne tiennent pas compte des possibilités réelles de l’Etat et de la situation actuelle du pays encore marquée par la fragilité suite aux différents  remous.  Aussi a-t-il ajouté que   « l’existence ou la persistance de ces problèmes doivent être appréhendées comme étant la résultante conjuguée de la mal gouvernance  de ces longues années écoulées du régime défunt et des turbulences politiques intervenues ces dernières années qui ont sévèrement ralenti les investissements, le commerce, le tourisme et l’activité des services ». A son avis, il n’est donc pas juste que des voix tendent à imputer cette responsabilité à un gouvernement de moins d’un an d’activité, qui a trouvé à son arrivée très peu de ressources dans les caisses de l’Etat et qui, en plus, devait s’attaquer dès ses premiers jours à des défis sécuritaires graves.

Pour lui, malgré toutes ces réalités et en dépit des mauvais indicateurs de gestion, le gouvernement a fait l’impossible pour donner suite aux engagements pris sous la transition, notamment la loi 081,   et ce au nom de la continuité de l’Etat. Convaincu  que les solutions de fond ne seront pas trouvées par un coup de baguette magique, Paul Kaba Thiéba a affirmé qu’ « aucun gouvernement dans le monde n’a trouvé des solutions efficaces dans des délais réduits et dans des conditions semblables aux nôtres». Selon lui, le gouvernement continue et continuera de faire des efforts pour faire face à ses responsabilités.

Bientôt la mise en place d’un cadre permanent de dialogue social

Par ailleurs, il a annoncé la mise en place très prochaine d’un cadre permanent de dialogue social et la tenue, dans le mois de décembre, de la traditionnelle rencontre gouvernement-syndicats autour du cahier de doléances du 1er mai en vue de renforcer le dialogue social avec les syndicats.

Pour leur part,  les syndicats ont émis  leurs doléances au chef du gouvernement. De la situation du dialogue social à la justification des mouvements sociaux en passant par la mise en œuvre des engagements pris par l’Etat, tout a été passé au peigne fin par le mouvement syndical. Les syndicats ont déploré le fait que le dialogue social a du plomb dans l’aile en ce sens que depuis la première rencontre en février 2016, aucune autre n’a eu lieu si ce n’est celle de ce jour. Concernant le point sur la justification des mouvements sociaux, Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), a confié que bien des revendications des travailleurs ne sont pas pécuniaires ou salariales. Elles ne visent qu’à un mieux-être des travailleurs, partant des populations dans leur ensemble. Et des exemples, il en a cité à la pelle.

Au terme des échanges, chaque camp a dit sa ferme volonté de travailler pour l’intérêt supérieur de la nation.

 

Colette DRABO

Articles similaires

Education  des élèves au  numérique : une  convention signée entre le MENAPLN et la CIL

ActuBurkina

RD CONGO : une employée de Human Rights Watch sommée de quitter le pays

ActuBurkina

MASSACRES DE PEULS AU MALI : une équipe de 13 enquêteurs onusiens attendue

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR