ActuBurkina
A la une Economie

RELANCE ECONOMIQUE AU BURKINA FASO : le secteur privé invité à jouer sa partition

Le colloque international sur la contribution du secteur privé dans la relance économique du Burkina Faso se tient du 10 au 11 octobre 2016 à Ouagadougou. Placé sous le thème : « La contribution  des acteurs du privé dans le cadre du PNDES : enjeux et mécanismes d’un partenariat gagnant », le colloque dont la cérémonie d’ouverture  a eu lieu ce 10 octobre, a été présidé par Roch Marc Christian  Kaboré le président du Faso.

 

Après l’insurrection populaire de 2014  et le putsch manqué de septembre 2015, le Burkina Faso traverse  une crise économique et financière jamais connue  de son histoire. Pour freiner cette morosité financière, le gouvernement  Thiéba s’est doté d’un nouveau référentiel à savoir le Programme  national de développement économique et social  (PNDES). Mais pour sa réussite, il faut la contribution de tous les secteurs, notamment le secteur privé.  C’est à ce titre qu’un colloque international réunissant tous les acteurs du domaine  a débuté ce 10 août 2016 à Ouagadougou et a pour but de réfléchir sur les différentes stratégies de développement  pour une relance économique du Burkina. Selon le président Roch Marc Christian  Kaboré, « dans un contexte national difficile  marqué par une recherche de solutions  de sortie  de crise, le secteur privé doit s’investir pour jouer pleinement son rôle de moteur de la croissance économique, de pourvoyeurs d’emplois et de revenus ».

Selon lui, les nombreuses crises qui ont ébranlé le pays ces dernières années  n’ont pas eu que  des conséquences négatives car elles ont permis au secteur privé de développer des capacités  de créativité, d’innovation et d’ingéniosité. D’où l’importance de ce colloque qui, à l’entendre, permettra de  saisir  l’occasion pour   consolider le partenariat public- privé afin de bâtir un système économique autour de la trilogie : une culture de confiance mutuelle et de dialogue, une  recherche de synergie d’actions, une  volonté commune de créer la richesse et des emplois.

Pour  sa part, Harouna Kaboré, président de Burkina international Think Tank, une institution privée regroupant des experts chargés de réfléchir sur des questions politiques, économiques et sociales, a confié que l’atteinte des objectifs du PNDES  nécessite l’implication de tous et singulièrement du privé qui entend prendre une  part active  à la  réalisation du  vaste programme économique. Il a dit être   convaincu qu’après la victoire de l’alternance politique, celle du développement sera aussi gagnée.

Et à  Nialé Kaba, ministre ivoirien  du Plan et du développement d’indiquer qu’un plan de développement est toujours important pour  la relance économique d’un pays ayant traversé une crise. A l’en croire, cela  permet de coordonner les actions de l’Etat et de mobiliser tous les acteurs à savoir l’administration, la société civile, les structures décentralisées, le secteur privé et les partenaires au développement.

 

Djeneba OUATTARA

(Stagiaire) 

 

Articles similaires

GESTION DU PARLEMENT DECRIEE PAR L’UPC: la réaction du groupe parlementaire MPP

ActuBurkina

MAROC : des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

ActuBurkina

Fada : Le corps d’un nouveau-né  »sans vie » dévoré par des porcs

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR