ActuBurkina
A la une Espace Emplois

RECRUTEMENT EXPERTISE FRANCE

Bureau pays projets Santé Burkina Faso

 TERMES DE REFERENCE

 RECRUTEMENT D’UN ASSISTANT TECHNIQUE NATIONAL DIAGNOSTIC INITIAL-PROJET PRISONS

 Justification

 Le droit à la santé fait partie intégrante des droits humains. Ce dernier est notamment reconnu dans les normes internationales relatives à la santé. L’ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus, adoptées et révisées en 2015 comme les règles Nelson Mandela, présente un cadre clé pour le respect des droits fondamentaux des détenus. Parmi ces règles d’application générales sont présentés les principes relatifs aux services de santé, aux locaux de détention, à l’hygiène personnelle, l’alimentation,  la literie et vêtements et autres mesures garantes d’une bonne santé en prison.

 Aux conditions intrinsèques et défavorables du milieu carcéral du Burkina Faso, s’ajoutent de nombreux facteurs aggravants, liés au contexte général du pays en matière de santé publique. Les actions en matière  d’amélioration des conditions sanitaires doivent s’inscrire dans des interventions plus vastes de réformes de la politique pénitentiaire et de santé publique, afin de répondre aux problèmes des conditions de détention et des facteurs de santé associés. Elles doivent donc s’intégrer plus largement dans les problématiques et défis posés à la santé publique par les conditions carcérales.

 Les conditions de détention au Burkina Faso, comme dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest dans lesquels interviennent l’association Prisonniers Sans Frontière et l’agence publique Expertise France sont préoccupantes. La moyenne générale de taux d’occupation des établissements de détention est de 170%, portant le nombre de détenus à environ 6 500. Dans les prisons de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Tenkodogo, les taux de surpopulation sont respectivement de 205%, 236% et 263%.

 Le projet « Améliorer les conditions sanitaires dans les établissements et lieux de détention du Burkina Faso » s’intègre dans les préoccupations majeures et les objectifs généraux du programme d’humanisation de la détention des détenus et le respect de leurs droits fondamentaux au Burkina Faso. Les actions entreprises s’inscrivent dans la mise en œuvre de la Politique Nationale de la Justice (PNJ) et du Plan national de développement économique et social (PNDES) adopté en mars 2016 et qui vise à « bâtir avec le peuple, un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice ». Ce projet a pour objectif général d’améliorer les conditions sanitaires des établissements et lieux de détention du Burkina Faso à partir d’un diagnostic initial dans 26 prisons du pays.

 Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, la première étape consiste à faire l’état des lieux dans les 26 prisons afin de mieux calibrer les interventions. A cet effet, le projet prévoit le recrutement de d’un  assistant technique national pour accompagner cette activité.

 Rôle/responsabilité

 L’assistant(e) technique contribuera à la réalisation du diagnostic initial dans les 26 prisons du Burkina Faso en matière de santé, d’eau, d’hygiène et d’assainissement (EHA) sur la base d’un diagnostic sanitaire intégrant notamment une enquête Connaissances, Attitudes et Pratiques (CAP) initiale.

 Tâches/méthodologie d’intervention

 L’ATN travaillera en étroite collaboration avec le comité de pilotage du projet, piloté par les ministères de la santé et de la justice du Burkina Faso. A ce titre, l’ATN devra :

 – Réaliser une revue des outils existants ;

– Proposer une grille d’évaluation des sites en concertation avec le comité de pilotage et Expertise France

– Elaborer des outils d’enquête quantitatifs et qualitatifs sur la base des besoins du projet et de la méthode CAP ;

– Participer à la validation de la grille d’évaluation et des outils;

– Co-animer la formation d’une équipe d’enquêteurs ;

– Participer à la supervision de l’évaluation sur le terrain ;

– Rédiger le rapport final de l’évaluation intégrant un plan d’action par structure et les besoins d’intervention en matière de santé et d’EHA;

– Finaliser le rapport d’évaluation après amendements du comité de pilotage et de l’équipe EF.

 Livrables

 – Les outils d’évaluation validés

– Rapport du diagnostic initial avec les plans d’action

Ces livrables sont la propriété de la du projet « PRISONS »

 Durée du contrat

 L’ATN sera recruté pour 30 homme-jours  à compter de la date de signature du contrat pour finaliser ses travaux, déposer les livrables au projet PRISONS à Expertise France.

  Il/elle sera rétribué (e) financièrement au compte du projet PRISONS. 

 Profil recherché

  Diplômes universitaires en sciences sociales et santé publique

– Expérience professionnelle d’au moins 7 ans

– Connaissance du contexte sanitaire du Burkina ;

– Connaissance avérée du milieu carcéral au Burkina Faso ;

– Expérience dans la conduite d’enquêtes dans le domaine de l’eau,hygiène, assainissement et/ou de la santé publique ayant permis la production de rapports d’analyse ;

– Aptitude à travailler en équipe

– Maitrise des outils d’échantillonnage et de la méthodologie des enquêtes sur les connaissances attitudes et pratiques;

– Aptitude à animer des groupes de travail ;

– Etre immédiatement disponible ;

 Modalités de soumission

 Les personnes intéressées répondant au profil  recherché sont invitées à faire parvenir uniquement par voie électronique une offre technique sur l’exécution  de la mission avec une proposition financière  et un CV aux adresses ci-dessous en précisant « Assistant(e) technique national(e) Diagnostic initial PRISONS» dans l’objet du message:[email protected] [email protected]

 La date limite de réception des candidatures est fixée au 31 Mars 2017.

 Déroulement du recrutement

 La sélection se fera :

 –  Dans un premier temps, une liste restreinte sera établie librement par Expertise France.

– Dans un deuxième temps, les candidats sélectionnés pourront être conviés à un entretien.

 Seuls les candidats retenus seront contactés.

Expertise France se réserve le droit de ne donner aucune suite à ce dossier d’appel d’offre

 Rétribution

Conformément aux textes nationaux en vigueur sur les émoluments de consultants nationaux.

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

LUTTE CONTRE LA DIVAGATION DES ANIMAUX A  OUAGADOUGOU : 150 bêtes mises en fourrière

ActuBurkina

MALI : 47 radios privées menacées de ne plus émettre

ActuBurkina

Mobilisation sociale autour de la couverture sanitaire universelle : Le RAME interpelle le gouvernement

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR