ActuBurkina
A la une Société

Réconciliation nationale: « ce qui nous divise peut-être adouci ou exacerbé par les paroles des uns et des autres », dixit Zéphirin Diabré

Dans le cadre des contacts ciblés initiés par le ministère chargé de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré a rencontré le président du Conseil supérieur de la Communication (CSC), Mathias Tankoano ce 17 mai 2021 au siège de l’institution à Ouagadougou. Au menu des échanges, le processus de la réconciliation nationale.

A sa sortie d’audience, le ministre d’état chargé de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré a confié aux hommes de médias, qu’il est en visite de courtoisie et de travail chez le président du CSC. Cette visite dit-il, s’inscrit dans le cadre des contacts ciblés engagés par son ministère et a pour objet de dérouler la manière dont la réconciliation nationale devrait se conduire. « La communication joue et jouera un rôle important dans le succès de l’entreprise de la réconciliation nationale », a fait savoir le ministre Diabré. Et d’ajouter, « ce qui nous divise peut- être adouci ou exacerber par les paroles des uns et des autres ». Le CSC en tant qu’organe de régulation des médias, le ministre en charge de la réconciliation nationale a dit venir solliciter le concours de son président dans cette perspective. En effet, selon Zéphirin Diabré, la démarche de réconciliation nationale en est à sa troisième édition et il espère qu’elle en soit la dernière. Pour lui, si elle a été initiée, c’est que dans l’histoire récente du Burkina, il y a eu des problèmes autour desquels l’on pense que les comptes ne sont pas soldés.

Le président du CSC, Mathias Tankoano s’est réjoui de la visite du ministre en charge de la réconciliation nationale. En effet, affirme- t-il, beaucoup de Burkinabè disent que le Burkina n’a pas un problème de réconciliation. Pourtant personne ne peut occulter aujourd’hui, le fait qu’il y a tellement de fractures dans tous les domaines qui commandent que l’on s’asseye pour parler de paix. « Nous avons été édifiés cet après-midi et nous avons marqué notre totale disponibilité à accompagner le ministre Diabré pour la réussite de sa mission qui est celle de réconcilier les burkinabè avec eux », a martelé le président du CSC. Il a indiqué par ailleurs que, 33 émissions interactives passent par jour, sur les différentes antennes et contribuent à forger l’opinion nationale sur tous les sujets. Le président du CSC a saisi l’occasion pour encore lancer un appel aux citoyens afin que chacun comprenne que les mots qu’il prononce au jour le jour peuvent être des mots d’apaisement ou des flèches qui peuvent blesser les autres. Il a également pris l’engagement de former les animateurs des émissions interactives pour qu’ils soient au parfum de la démarche de la réconciliation nationale.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

ATTAQUES TERRORISTES AU BURKINA : Yayi Boni exprime sa solidarité aux Burkinabè

ActuBurkina

PRESIDENTIELLE MALGACHE: Rajoelina et Ravalomanana qualifiés pour le 2e tour

ActuBurkina

REVOCATION DES 3 AGENTS DU MINEFID : « C’est un signal fort contre les pratiques et méthodes anarchosyndicales » (Simon Compaoré)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR