ActuBurkina
A la une Economie

Programme Entrepreneuriat communautaire : pour une souveraineté économique du Burkina

Le lancement officiel du Programme de l’entrepreneuriat communautaire aura lieu le 12 juin prochain. En prélude à ce lancement, les premiers responsables de l’Agence pour la promotion de l’entrepreneuriat communautaire (APEC) ont animé une conférence de presse ce 5 juin 2023 pour présenter l’agence ainsi que le programme d’entrepreneuriat communautaire.

« Le modèle économique adopté par le Burkina depuis les indépendances a du mal à lui permettre son développement. L’Etat s’est désengagé des secteurs productifs et le secteur privé a du mal à relever le défi d’une véritable industrialisation, permettant la transformation de nos matières premières, qui sont vendues brutes sans création de valeur ajoutée…Notre modèle économique actuel est une pâle copie de ce qui se produit ailleurs. Nous n’avons pas fait l’effort d’adapter ce modèle à nos réalités. Malgré les énormes potentialités que regorgent nos terres, nous n’arrivons pas à atteindre l’autosuffisance alimentaire ». Ses propos sont du directeur général de l’APEC, Karim Traoré, pour qui, il faut s’orienter vers un modèle économique endogène et inclusif devant permettre à tous les Burkinabè, sans exclusion, de prendre part à la création et au partage de la richesse.

La création de l’APEC s’inscrit dans cette dynamique et consiste donc à identifier les projets d’entreprises communautaires dans les secteurs comme l’agriculture, l’élevage, l’agroalimentaire, le textile et les mines. En plus de cela, elle assure leur financement par actionnariat populaire et ouvre le capital des entreprises à la participation de tous les Burkinabè. De l’avis de M. Traoré, le modèle d’investissement garantit trois valeurs à savoir la souveraineté alimentaire, la souveraineté économique à travers l’investissement dans des secteurs stratégiques et le développement endogène et inclusif. Car, a-t-il souligné, ces entreprises seront exclusivement financées par les Burkinabè résidents et de la diaspora et les richesses créées seront redistribuées aux populations sans oublier que le modèle permettra la création de plus d’un million d’emplois directs en 2 ans grâce aux usines de transformation ainsi que les investissements dans le secteur agricole.

Cette conférence de presse a été l’occasion pour les responsables de l’APEC, de lancer un appel à tous les Burkinabè de l’intérieur comme de la diaspora, à adhérer à cette « solution nationale ». « Tous ceux et celles qui ont des initiatives de développement endogène peuvent approcher l’APEC pour voir la faisabilité », a exhorté le PCA de l’APEC, Aziz Nignan. A la question de savoir, comment devenir membre de la coopérative, le PCA a fait savoir que par rapport au partenariat technique, il faut adhérer à la société coopérative.  « Le droit d’adhésion est de 5 000FCFA. Quant à la part, elle est 10 000FCFA. Selon votre capacité financière, vous pouvez souscrire », a détaillé le PCA, qui a lancé un appel à une adhésion massive des Burkinabè.

Le DG de l’APEC a saisi l’occasion pour annoncer les projets en cours à savoir l’extension de SOFATO avec deux nouvelles usines de transformation de tomates dont l’une à Bobo-Dioulasso et l’autre à Tenkodogo, le lancement d’une société minière d’exploitation semi-mécanisée de l’or sur 3 sites, un projet de mécanisation et d’intensification agricole et une centrale d’achat des produits locaux.

Colette DRABO

Articles similaires

Réconciliation nationale :  l’AEEMB invite chaque  acteur à jouer sa partition

ActuBurkina

ATTAQUE D’INTAGOM : le soldat porté disparu retrouvé mort

ActuBurkina

SOMMET DE L’UA SUR LA SECURITE MARITIME: Lomé comme Yaoundé ?

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR