ActuBurkina
A la une Société

PROBLEME FONCIER AU BURKINA : Des promoteurs immobiliers en veulent aux autorités

L’association des promoteurs immobiliers du Burkina, des propriétaires terriens et le syndicat des promoteurs immobiliers, étaient face à la presse ce 29 avril 2021 à Ouagadougou. Il s’est agi pour eux de donner leur lecture sur des mesures annoncées par leurs ministères de tutelle en lien avec la gestion foncière au Burkina.

Le 13 avril 2021, un comité de réflexion interministériel sur les mesures conservatoires d’urgence en matière de gestion foncière au Burkina Faso a été installé. Ce comité regroupe trois ministères que sont le Ministère en charge de l’Urbanisme, celui chargé de l’Administration territoriale et celui en charge de l’Economie.

La mission de ce comité est de proposer des mesures conservatoires urgentes et fortes sur la promotion immobilière et ce, avec effet d’application immédiate dès le dépôt du rapport, et de proposer les modalités de mise en place d’un comité de réflexion sur la refonte globale des textes législatifs et réglementaires régissant la gestion foncière au Burkina Faso.

En marge de l’installation du dit comité relève Roger Kikièma président de l’association des promoteurs immobiliers du Burkina (UNAPIB), le ministre Clément Sawadogo de l’administration territoriale a affirmé par voie de presse que « le territoire burkinabè est en train d’être dépecé tel un mouton de tabaski ». Et le ministre Bénéwendé Sankara chargé de l’urbanisme de soutenir « de faire marche arrière et appliquer la politique foncière sous la révolution ». Par ces mesures annoncées et ces propos, les animateurs de la conférence de presse estiment que les autorités veulent discréditer les promoteurs immobiliers aux yeux de l’opinion nationale en leur rendant coupable de tous les maux qui minent le foncier au Burkina.

Comme proposition de solution au problème foncier au Burkina, Roger Nikièma a suggéré la mise en place d’un code d’éthique et de déontologie pour mieux encadrer et réglementer la profession des immobiliers. Aussi, pour une solution pérenne et efficace, les associations intervenant dans l’immobilier soutiennent qu’il faut un cadre de concertation préalable avec les acteurs de la chaîne de la promotion immobilière et ou foncière ; une application pure et simple des textes et lois en vigueur en la matière.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

Les «combattants d’Ebola», personnalité de l’année pour Time

ActuBurkina

EXAMENS SCOLAIRES : « Les épreuves du second tour du BEPC et du Bac ne sont pas supprimées », Stanislas Ouaro

ActuBurkina

LAS VEGAS : au moins 50 morts et plus de 400 blessés dans une fusillade

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR