ActuBurkina
A la une Politique

 POLITIQUE : Le PPS ou « le tombeau de la haine », le nouveau-né des partis politiques

Le Parti Panafricain pour le Salut (PPS) a été officiellement lancé le 02 avril 2022 à l’issue d’une assemblée générale constitutive. Chapeauté par Abdoulaye Mossé et ses camarades démissionnaires du MPP et dans d’autres partis et formation politiques estimés à une dizaine, c’est dans la cuvette de la salle des sports de Ouaga 2000 que les couleurs, le logo, le nom et les membres du Bureau exécutif national (BEN) du PPS a été rendu  publique.

Ils sont 80 membres du BEN appelés à présider aux destinées du PPS à l’issue de l’Assemblée générale constitutive du parti présidé par Abdoulaye Mossé et soutenu par d’autres camarades pour la plupart démissionnaires du MPP juste après la chute du président Roch Marc Christian Kaboré. Selon Abdoulaye Mossé, tout porte à croire que la conduite des affaires de l’État telles qu’implémentées par la majorité sortante n’a pas rassuré les Burkinabè assaillis par les épreuves. Aussi, le président du PPS reconnaît que la classe politique a aussi failli. Parlant de cette même classe politique, M. Mossé a laissé entendre qu’elle a tout essayé. Le fait de tout essayer jusqu’à l’aboutissement de la confiscation du pouvoir par l’armée signifie que « nous devons, à nouveau, proposer quelque chose aux Burkinabè », a confié le président du nouveau parti. A l’entendre, ce qui manque au Burkinabè, c’est la réconciliation et l’union des cœurs. Et le PPS est venu pour apporter cette touche aux Burkinabè. Le PPS dit vouloir aller sur un plan de l’union de l’ensemble des fils et des filles afin de relever les défis, selon les objectifs mentionnés dans sa feuille de route, a indiqué Abdoulaye Mossé pour qui, « le PPS est le tombeau de la haine au Burkina Faso ».

A l’en croire, cela passe nécessairement par une lutte implacable contre les forces du mal qui imposent leur sale guerre au peuple burkinabè, mais aussi par une réconciliation sincère des fils et filles du Faso. « C’est ce noble chemin qui est humblement emprunté par mes camarades et moi », foi de Abdoulaye Mossé.  D’ailleurs, il a fait la remarque suivante : « pour nous, le fait de voir des élus, des leaders politiques, des intellectuels de plus de dix partis politiques s’associer pour créer le PPS, se justifie par le fait que chacun d’entre eux avait son problème et a estimé que le PPS doit être la solution. »

Le président du PPS, Abdoulaye Mossé

Sur la question de savoir les raisons de leurs discordes qui les ont conduits à quitter le navire MPP, Abdoulaye Mossé a esquivé la question en indiquant que la dynamique qui l’a amené à créer le PPS ne lui permet pas de se prononcer sur une telle interrogation. « Vu l’élan que nous voulons prendre, ce n’est pas le lieu d’exposer ces points de discordes avec le MPP », a-t-il conclu. Nous voulons aller sur le plan de la réconciliation même avec nos anciens camarades et tôt au tard, pour bâtir le Burkina Faso nous allons nous retrouver ».

A ses détracteurs qui pensent qu’il a trahi l’ancien président Roch Kaboré, Abdoulaye Mossé répond ceci : « le moment venu, le président Roch Marc Christian Kaboré saura reconnaître ses véritables amis et l’histoire nous l’enseignera ». Une idée entièrement partagée par Workya Roamba, ex-député du Boulkiemdé, élue sous la bannière du MPP. Selon elle, le nouveau parti s’évertuera à réunir les filles et fils du pays pour une réconciliation réelle, même avec leurs anciens camarades, au grand bonheur des populations.

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

ONEA : une transition vers le relevé mensuel

ActuBurkina

ROISSY : un enfant retrouvé mort dans le train d’atterrissage d’un avion venant d’Abidjan

ActuBurkina

LIBERATION D’OTAGES: une quinzaine de soldats burkinabè ont participé à l’opération

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR