ActuBurkina
A la une Politique

PHILIPPINES : le président annonce le retrait de son pays de la CPI

Le président philippin, Rodrigo Duterte, a annoncé mercredi 14 mars le retrait de l’archipel du traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI). Depuis quelques semaines, la CPI se penche sur sa politique meurtrière contre la drogue.

« Je déclare (…) que les Philippines révoquent leur ratification du statut de Rome avec effet immédiat », a annoncé le président dans un communiqué.

La cour établie à La Haye a annoncé au début de février l’ouverture d’un « examen préliminaire », étape préalable à une enquête, sur la campagne antidrogue menée par M. Duterte. Cette politique sème l’inquiétude dans les rangs de la communauté internationale.

Crime contre l’humanité ou crimes de guerre

Cet examen préliminaire doit déterminer si la CPI est compétente ou non pour juger les faits reprochés à M. Duterte. Au terme de cette étape, elle devra dire si elle ouvre une enquête ou si elle referme le dossier. Et elle devra notamment déterminer s’il s’agit de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre.

Accusé d’encourager les tueries par ses propos incendiaires, M. Duterte a remis en question le choix des Philippines comme premier pays d’Asie du Sud-Est placé sous examen préliminaire de la seule instance permanente chargée de juger les crimes de guerre. « Il y a tellement de massacres qui ont lieu dans tous les coins d’Asie et vous me choisissez. Vous feriez mieux de faire disparaître ça parce que je me retirerai de la CPI », avait-il prévenu.

« Il est clair que la CPI est utilisée comme un outil politique contre les Philippines », a-t-il argué, évoquant des « attaques scandaleuses, sans précédent ni fondement, contre [son] gouvernement et [sa] personne ». Il estime que les actes présumés qui lui sont reprochés « ne constituent ni un génocide ni un crime de guerre », et ajoute que les morts sont « survenues durant des opérations de police légitimes » et « n’étaient pas préméditées ».

Elu facilement en 2016, le président Duterte avait promis d’éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants. Depuis, près de 4 000 trafiquants et usagers de drogue présumés ont été tués par la police, d’après les statistiques officielles. Les défenseurs des droits de l’homme affirment qu’il faut en fait multiplier par trois ces chiffres pour obtenir le bilan réel des morts.

Le Monde

Articles similaires

Burkina : l’ancien président Kaboré sera en résidence avec une sécurité adaptée au rang qu’il a occupé (ministre)

ActuBurkina

1re EDITION DES JOURNEES PORTES DU SP/CONASUR: ce sera du 22 au 24 juillet prochain

ActuBurkina

CENTRE-NORD : l’armée  a assuré le transport de vivres aux déplacés internes, par voie aérienne

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR