ActuBurkina
A la une Edito

OUVERTURE DU POUVOIR GABONAIS AUX REFORMES POLITIQUES : Faut-il croire Bongo ?

 

Le président  gabonais,  Ali Bongo, a appelé à la réconciliation dans son pays divisé  par les violences postélectorales, lors de sa prestation de serment pour un deuxième septennat, quatre jours après la validation  de sa réélection  contestée par  son rival Jean Ping. L’appel au dialogue tant prôné par le président  Bongo, sera-t-il entendu par l’opposition ? Rien n’est moins sûr. Car, pour l’ensemble des forces de l’opposition, seuls les naïfs peuvent encore croire Bongo. Et c’est  Gaspard Ntoutoume, le porte-parole de Jean Ping,  qui a donné le ton en affirmant  que «  toute participation à  un quelconque  gouvernement  d’ouverture est exclue. En tout cas, pas de la part de Jean Ping  ». Mais le camp présidentiel  qui a conscience  de l’enjeu  que constitue  le rétablissement de la cohésion sociale et de l’urgence à réconcilier les cœurs profondément meurtris, continue  de tendre la main à  l’opposition. Mais en s’installant dans cette posture de dialogue, Ali Bongo sait que la tâche ne sera pas  du tout aisée.  D’autant que Jean Ping qui se considère  comme le président élu, n’entend pas  entrer dans le gouvernement d’un homme qu’il accuse d’avoir  volé sa victoire. Cela dit, Ali Bongo qui étrenne désormais son 2e septennat et a promis d’engager des réformes politiques, tiendra-t-il ses engagements ? Faut-il croire Bongo ? Rien n’est moins sûr. L’on peut en effet comprendre la réticence de l’opposition à saisir la main tendue d’Ali Bongo. L’homme étant acculé, il est prêt à faire toutes sortes de propositions à l’opposition, juste pour desserrer l’étau autour de lui. En tout cas, on ne saurait condamner l’opposition pour son excès de méfiance car la preuve est faite que les dictateurs ne tiennent jamais parole. En tout cas, si par extraordinaire,  il tenait parole, il se rachèterait, quelque part, de la délinquance électorale à laquelle il s’est livré lors du scrutin.

L’un des grands défis pour le président gabonais, c’est la reconstruction de son pays

Mais le tout n’est pas d’engager des réformes. Il doit penser à préparer sa sortie, la preuve étant désormais faite que beaucoup de Gabonais, sinon la majorité, sont fatigués de la dynastie des Bongo. Quant à l’opposition qui a fait preuve de solidarité face à l’épreuve, elle doit tirer toutes les leçons du scrutin. Notamment en   s’engageant véritablement dans le combat pour l’obtention d’un scrutin à deux tours, de la limitation et de la durée  des mandats électifs, sujets sur lesquels Ali a du reste promis qu’il n’y aurait pas de tabou. Cela dit, l’un des grands défis pour le président gabonais, c’est la reconstruction de son pays. Comment Ali Bongo parviendra-t-il à diriger un pays profondément divisé ? En tout état de cause, il y a un très fort rejet du système Bongo, en particulier au niveau de la jeunesse. Il faut ajouter à cela que la cérémonie d’investiture a été boudée  par plusieurs chefs d’Etat africains et occidentaux. Un message qui devrait enfin pousser Bongo à comprendre qu’il ne doit plus s’amuser avec le désir ardent du peuple, au changement.

Seydou TRAORE  

Articles similaires

Burkina : le complexe du W-Arly-Pendjari classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

ActuBurkina

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU: elle deviendra « Université Pr Joseph Ki-Zerbo » dès ce samedi

ActuBurkina

LUTTE CONTRE LA FRAUDE : Des cubes alimentaires impropres à la consommation saisis

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR