ActuBurkina
A l'etranger A la une Culture

Musique : la rumba congolaise admise au patrimoine culturel immatériel mondial

L’Unesco, réunie cette semaine pour étudier une soixantaine de candidatures, a donc finalement annoncé, mardi 14 décembre, que la rumba congolaise – dossier présenté par le Congo-Kinshasa et le Congo-Brazzaville – était admise sur sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La nouvelle était plus qu’attendue pour cette musique qui puise, selon les spécialistes, ses origines dans l’ancien royaume Kongo, où l’on pratiquait une danse appelée Nkumba, qui signifie « nombril », parce qu’elle faisait danser hommes et femmes nombril contre nombril…

La rumba dans sa version moderne a une centaine d’années. Entre-temps, elle a rencontré la rumba cubaine des années 1930, la musique caribéenne, latine et afro-américaine, avant de s’émanciper dans les années 1940. Sa rythmique très particulière est basée sur l’ostinato, c’est-à-dire des phrases qui tournent en boucle. Avec deux instruments de base : la guitare et la basse. La philosophie de la rumba congolaise repose sur ce passage des polyrythmies, autour des tambours et des percussions, vers la guitare et la basse.

C’est une musique des villes et des bars, de rencontre des cultures et de nostalgie, de « résistance et de résilience », de « partage du plaisir aussi », avec son mode de vie et ses codes vestimentaires (« la sape »), expliquait récemment à l’Agence France Presse le Pr André Yoka Lye, directeur à Kinshasa de l’Institut national des arts (INA). Pour lui, la rumba est « tentaculaire, présente dans tous les domaines de la vie nationale ». Elle est marquée par l’histoire politique des deux Congos, avant et après l’indépendance. Elle devient majoritaire, populaire dans toute l’Afrique subsaharienne, via la radio…

Le Point Afrique

Articles similaires

PROCES THOMAS SANKARA : « J’ai vu Nabié N’Soni qui a tiré sur la tête du président Sankara et Maïga Issouf dans son thorax »,  affirme le témoin Issouf Sawadogo

ActuBurkina

Fronde sociale au Burkina : Il y en a qui ont dit qu’il faut faire chuter le régime Kaboré (Simon Compaoré)

ActuBurkina

SECURITE : le Burkina Faso commande deux hélicoptères Mi-171Sh à la Russie

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR