ActuBurkina
A la une Edito

LE MNSD NASSARA DANS LA MAJORITE PRESIDENTIELLE : Issoufou peut boire son petit lait

 

C’est officiel. Le Mouvement national pour la société de développement (MNSD-Nassara) a rejoint la majorité présidentielle au Niger. L’annonce a été faite par Tidjani Adboul-Kadri, secrétaire général du parti, à l’issue d’une réunion du bureau politique tenue le 13 août dernier. Toute chose qui a surpris plus d’un. On se rappelle en effet que l’opposition avait refusé la main tendue du président Mahamadou Issoufou qui appelait de tous ses vœux, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Malgré le refus catégorique de l’opposition, réunie au sein de la Coalition pour l’alternance (Copa 2016), à l’époque, le président nigérien avait tenu mordicus à son projet de gouvernement d’union. Arrivé 2e lors des élections de 2011, le MNSD/Nassara s’est vu classé 3e aux dernières élections avec seulement 12,12% des voix. Cela a sonné comme un désaveu pour un parti qui a géré le pouvoir d’Etat. On peut donc croire que c’est un choix stratégique pour le MNSD, que de rallier la majorité. Sa participation à la gestion du pouvoir d’Etat, peut lui permettre de se relever et de mieux se repositionner sur l’échiquier politique national. Ce d’autant plus que certains observateurs annoncent déjà Seini Oumarou, président actuel du MNSD, à la présidence du parlement. En outre, l’on peut s’attendre à un remaniement ministériel bientôt, qui verra sans doute entrer dans l’Exécutif nigérien, des partisans du MNSD. Ce sera donc l’occasion pour eux de bénéficier de strapontins.

Le grand gagnant dans cette affaire, c’est Mahamadou Issouffou

D’ailleurs, le MNSD-Nassara pouvait-il continuer à observer cette cure d’opposition quand on sait que le parti Moden Fa Lumana, de l’opposant Hama Amadou, qui était censée être la figure de proue de la lutte politique contre le pouvoir en place, est à ce jour affaibli ? Son ralliement à la majorité pourrait lui permettre, dans une certaine mesure, de profiter de la faiblesse du Moden Fa Lumana, pour reprendre du poil de la bête. Mais, le revers de la médaille c’est que le MNSD-Nassara risque de se décrédibiliser aux yeux de nombreux Nigériens, et de compromettre son avenir politique. Car le parti serait alors désormais comptable, en cas d’entrée dans l’Exécutif, de la gestion du président Issoufou, gestion qu’il a d’ailleurs critiquée de façon véhémente lors des élections passées. Dans ces conditions, ce sont bien des militants qui risquent encore d’être déçus de ce mariage de raison. En tout cas, le grand gagnant dans cette affaire, c’est Mahamadou Issouffou. Car en ralliant les forces de l’opposition à sa cause, il aura la latitude de gérer le pays avec sérénité et de faciliter davantage sa tâche, surtout au regard de la menace djihadiste qui plane sur le pays.

Adama SIGUE

Articles similaires

BANFORA: le couvre-feu levé

ActuBurkina

Prestation de serment du président du Faso : le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba pour un retour à l’intégrité

ActuBurkina

Journée mondiale de la liberté de la presse: « le gouvernement  s’active à faire des réformes pour renforcer le canal de mise à disposition de l’information officielle », Valérie Kaboré

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR