ActuBurkina
A la une Culture Vie de stars

Miss Wédra, artiste-musicienne burkinabè : « Etre nominée au SICA au Cameroun… m’encourage à ne pas baisser les bras »

Awa Ouédraogo à l’état civil, alias Miss Wédra est une artiste chanteuse burkinabè évoluant dans la musique tradi-moderne. Elle est nominée dans la catégorie musique moderne d’inspiration traditionnelle, à la 17e édition du festival Star de l’intégration culturelle africaine (SICA) qui se tient du 5 au 17 novembre 2023 à Yaoundé au Cameroun. Invitée de actuburkina.net dans le cadre de sa rubrique « Vie de stars », Miss Wédra qui représente le Burkina Faso au SICA sollicite les voix des Burkinabè pour passer haut les mains. Elle vous invite à voter massivement à travers le lien ci-après : https://zekin.me/festival-sica/MIT3

Vous avez gardé l’appellation Miss qui veut dire mademoiselle alors qu’on sait que vous n’êtes plus un cœur à prendre. Comment gérez-vous cela avec votre époux ?

Une femme, c’est cela aussi.  On prend de l’âge mais on aimerait rester chic comme une miss. Donc le mot miss va rester toujours.

D’où vous vient votre inspiration ?

Mon inspiration vient de ce que je vis culturellement parlant parce que j’adore ma culture. Ce n’est pas fait avec beaucoup d’efforts, c’est naturel.

 Depuis combien de temps faites-vous la musique et combien d’albums comptabilisez-vous à ce jour ?

Je peux dire que cela fait bientôt 15 ans que je fais la musique. J’ai deux albums et 4 singles.

Vous avez commencé avec le coupé décalé pour basculer ensuite dans le tradi-moderne. Pourquoi un tel basculement ?

J’ai basculé parce que j’avais de l’amour pour ma culture. Je suis née en Côte d’Ivoire, j’y ai grandi et quand je suis arrivée au Burkina, j’avais l’esprit de diaspo qui était un peu dans le sang mais au fil du temps, j’ai compris qu’il n’y avait rien de tel que ma culture que je pouvais valoriser partout où j’irai en affirmant mon identité culturelle. C’est ce qui a expliqué mon revirement à 90° dans le tradi-moderne.

Quelles sont les thématiques que vous développez dans vos chansons ?

Je parle beaucoup de la femme et je chante tout ce qu’on vit au quotidien.

Vous êtes également une esthéticienne. Parlez-nous en ?

C’est un autre côté de moi. J’ai appris ce métier et vous savez que l’esthétique fait référence à ce qui est beau, chic, et cela va bien avec la musique. Pour moi, il y a un brassage entre les deux.

L’artiste-musicienne, Miss Wédra

Vous êtes nominée dans la catégorie musique moderne d’inspiration traditionnelle, à la 17e édition du festival Star de l’intégration culturelle africaine (SICA) à Yaoundé au Cameroun. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Honnêtement j’ai été surprise parce que je n’ai pas encore eu cette chance d’être nominée dans cette catégorie ici depuis que j’ai commencé le tradi-moderne. Je peux dire que j’ai été la première fille à basculer dans le tradi-moderne parce qu’au début, les gens voyaient ce genre musical comme relevant du domaine des vieux, des vieilles, des gens du village, mais quand je m’y suis engagée dedans, beaucoup de filles m’ont suivie. Avec ce clin d’œil qui m’a été fait, je me dis que chaque chose a son temps. Etre nominée au SICA au Cameroun par rapport à ce que je fais, me touche énormément et cela m’a encore donné confiance en moi-même et m’encourage à ne pas baisser les bras, à travailler à aller de l’avant avec le tradi-moderne qui défend la culture burkinabè de façon générale. Donc c’est une immense joie pour moi.  Cette 17e édition se déroule du 05 au 17 novembre 2023 au musée national de Yaoundé, au Cameroun.

Comment appréciez-vous l’évolution de ce genre musical au Burkina ?

Je peux dire qu’à ce niveau ça va. Tout le monde aime sa culture. Il est vrai qu’il y a des sonorités qui sont là mais nous faisons notre petit bonhomme de chemin et je pense qu’il y a une catégorie de personnes qui aime et adore ce que nous faisons, parce que nous valorisons toujours notre culture. Je pense que ça va.

Pensez-vous que le tradi-moderne a de l’avenir au Burkina ?

Mais bien sûr. A un moment donné il va falloir que l’on revienne aux sources parce que c’est là notre identité. Le tradi-moderne a de beaux jours devant lui au Burkina Faso. Et j’y crois fermement !

Vous êtes nominée et cela sous-entend qu’il y a des votes, comment cela se passe-t-il ?

Il y a un lien https://zekin.me/festival-sica/MIT3 qu’il faut suivre pour pouvoir effectuer le vote. Dès que vous cliquez sur le lien on vous envoie des informations notamment sur votre compte mobile money. A ce propos, j’aimerais dire aux votants de ne pas avoir peur, que ce n’est pas une anarque étant donné que la compétition se fait ailleurs. Ça vous montre combien de francs le vote va vous couter et vous lancez si vous êtes partant.

Un mot à l’endroit des mélomanes ?

 

Propos recueillis par Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

REPRESSION DE LA MARCHE-MEETING DU 16 SEPTEMBRE : « Le MPP mène lui-même quotidiennement des activités politiques au Burkina et hors du Burkina, malgré l’insécurité » (CFOP)

ActuBurkina

AFRIQUE DU SUD : environ 51 homicides enregistrés par jour

ActuBurkina

Rencontre IB-OSC-Politiques : Abdoul Karim Sango donne sa lecture

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR