ActuBurkina
A la une Société

MINISTERE DE L’ACTION SOCIALE : Le SYNTAS en grève de 96h

Les militants du Syndicat national des travailleurs de l’Action sociale (SYNTAS), observent, depuis ce mardi 24 avril 2018, une grève de 96 heures. Cette grève devrait prendre fin le 27 avril 2018. Nous nous sommes rendus à la Bourse du travail de Ouagadougou pour prendre le pool du mouvement.

Le SYNTAS observe depuis le mardi 24 avril une grève de 96 heures. Cet arrêt de travail qui va s’étendre du 24 avril au 27 avril 2018, a pour objectif, selon les organisateurs, d’interpeller le gouvernement sur la plateforme minimale transmise depuis deux ans et  qui, malheureusement est restée toujours sans suite. Cette grève, selon le SYNYAS, traduit toute la détermination et la volonté du syndicat à se battre pour un traitement diligent de sa plateforme revendicative minimale.

Juste Koumara Logobana, SG du SYNTAS, estime que l’autorité fait preuve de mépris vis-à-vis de leurs revendications. De même, il dénonce une répression de  la part de l’autorité sur les grévistes et cela, en référence au sit-in observé par le même syndicat les 18 et 19 avril derniers. Ce jour-là, nous rappelle-t-on, un groupe de femmes a investi les locaux du ministère pour tenir un contre sit-in. Pour le porte-parole du mouvement, «  c’est une manœuvre politique qui ne fait pas avancer le débat démocratique » ; l’objectif étant selon lui, d’empêcher les agents de l’Action sociale à « répondre massivement à l’appel des syndicats ». Il souligne que l’autorité a fait des réquisitions « maladroites et abusives ». Le SG a affirmé que « le ministère de la femme a donné des instructions d’interdire les grèves sur les lieux du travail ». De l’avis de Juste  Kourama Logobana,  «  cela est suffisamment grave car  il va à l’encontre même du sens du mot grève ».

Le SYNTAS n’entend pas  rester les mains croisées si ses préoccupations ne sont pas satisfaites à l’issue de la grève. « Des actions plus vigoureuses sont prévues à l’issue de cet arrêt de travail de 96 heures pour faire  aboutir nos justes et légitimes revendications », a confié le SG.

Mariam ZOUANGA

(Stagiaire)

Articles similaires

ATTAQUE D’UNE EGLISE A TOULFE: « nous devons… montrer que, jamais, nous ne cèderons » (CFOP)

ActuBurkina

MALI : Fatou Bensouda passe à la loupe le dossier du nord

ActuBurkina

KUNDE 2015: Eddy Kenzo sera bel et bien présent

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR