ActuBurkina
A la une Société

Migrations : Paris condamne le projet danois de transférer ses demandeurs d’asile en Afrique

Le parlement danois a adopté le 3 juin, une loi lui permettant d’ouvrir des centres pour demandeurs d’asile à l’étranger. Une mesure très controversée qui illustre le durcissement depuis plusieurs années de la politique migratoire du Danemark, où le gouvernement social-démocrate chasse sans états d’âme sur les terres de l’extrême droite.

Le Danemark poursuit son objectif « zéro demandeur d’asile » sur son territoire. Une loi a été adoptée, jeudi 3 juin, par 70 voix contre 24, pour lui permettre d’externaliser les demandes de protection, peut-être au Rwanda, pays avec lequel les discussions semblent les plus avancées.

Concrètement, un immigré clandestin posant le pied au Danemark serait enregistré puis directement renvoyé vers un pays tiers pour l’examen de sa demande. En cas de refus, il devra quitter le pays hôte. Cependant, s’il obtient le statut de réfugié, les portes du royaume nordique ne s’ouvriront pas pour autant. Le texte précise que « le Danemark n’aura pas à fournir de protection au cas où l’étranger obtiendrait l’asile (…) En revanche, la protection devra être assurée par le pays tiers concerné ».

Des exceptions seront possibles pour les personnes malades mais pas pour les mineurs isolés. Inspirée par le modèle australien, toute la procédure sera confiée au pays tiers, moyennant finance.

Dès l’annonce de l’adoption du texte, l’Union européenne a fait part son « inquiétude ». « Le traitement externe des demandes d’asile soulève des questions fondamentales concernant à la fois l’accès aux procédures d’asile et l’accès effectif à la protection », a déclaré un porte-parole de la Commission…

« C’est une chimère (…) une fausse piste, une illusion. Ne faisons pas croire aux Européens (…) que c’est en Afrique qu’on va faire traiter la demande d’asile », a martelé le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes,  Clément Beaune sur la chaîne Public Sénat.

« C’est une erreur politique », a-t-il ajouté, en déplorant qu’elle ait en outre été prise par le gouvernement social-démocrate de la Première ministre Mette Frederiksen.

« On reçoit des leçons souvent d’humanité de beaucoup de partis sociaux-démocrates européens. Franchement là, on a une dérive qui est très grave », a-t-il ajouté.

« Est-ce que c’est acceptable sur le plan humain et même sur le plan de l’efficacité de créer des camps de migrants, qui ont le droit à l’asile potentiellement, dans des pays qui sont en Afrique, qui sont déjà en difficulté ? Honnêtement je crois que ce ne sont pas les valeurs européennes », a insisté Clément Beaune.

Des « réfugiés qui fuient la guerre, les persécutions politiques » vont s’entendre dire « on va faire traiter votre demande d’asile, votre ‘accueil’ par un pays qui est à plus de 10.000 kilomètres, avec lequel vous n’avez aucun lien », a-t-il déploré.

Source : AFP, France24

Articles similaires

Moussa ZERBO, député: « Au secours, Bobo-Dioulasso se meurt ! »

ActuBurkina

Putsch manqué : Le sergent Yahaya Guiré à la barre pour avoir aidé des putschistes

ActuBurkina

KOUPELA: le marché central ravagé par des flammes

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR