ActuBurkina
A la une Société

MICHEL KAFANDO, président de la Transition: « S’en prendre à la transition, c’est méconnaitre que… nous sommes tous comptables d’elle »

Le président de la Transition, Michel Kafando, était l’invité d’honneur du panel-débat organisé le 12 novembre 2016 par la coalition Ditanyè,  sous le thème : « Que reste-t-il de l’esprit de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre ? ». Dans son allocution avant le panel proprement dit, Michel Kafando  a indiqué  que « s’en prendre à la transition,  c’est méconnaitre  que nous sommes tous  de la filiation de l’insurrection, et à ce titre, tous comptables de la transition ».

 

Pour le président de la Transition, la coalition Ditanyè, en choisissant le 12 novembre 2016 pour revivre cet événement, à travers le panel –débat,  « ne fait pas dans le superfétatoire mais au contraire, pérennise le flambeau de l’insurrection  en nous gardant en éveil autour de ce moment fort et inoubliable de notre histoire ». A son avis, il n’y a vraiment pas  « un jour spécifique pour se rappeler ou commémorer cet évènement historique  tellement tout cela nous ait devenu si familier que par réflexe ou en conscience,  nous l’avons intégré désormais dans notre quotidien ».

Tout en exprimant sa reconnaissance aux initiateurs du panel pour l’avoir invité, en sa qualité d’acteur principal de la transition, Michel Kafando  a répondu à tous ceux qui fustigent cette période, que la Transition, « qu’on le veuille ou non,  a été l’indispensable relais par lequel s’est concrétisé le vent du renouveau ».  Et d’ajouter : « c’est dire que s’en prendre à la Transition, c’est à la fois renier et insulter l’histoire ; c’est mépriser  ces hommes, ces femmes, ces enfants et surtout ces innocentes victimes qui ont tout bravé pour que naissent  et prospèrent la liberté et la démocratie au Burkina,  pour que nous ayons des institutions stables qui font aujourd’hui notre fierté.  S’en prendre à la transition,  c’est aussi méconnaitre  que nous sommes tous  de la filiation de l’insurrection. Et à ce titre, tous comptables de la transition ».

A l’en croire, le thème autour duquel s’est articulé le débat, constitue la véritable préoccupation de l’heure du  peuple burkinabè. Pour ce faire, il faut tout mettre en œuvre de sorte  qu’au terme de toutes les tribulations, nous parvenions à une véritable réconciliation nationale.

 

CD

 

Articles similaires

JOURNEE NATIONALE DE LA LIBERTE DE PRESSE : le message du ministre de la Communication

ActuBurkina

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 7 SEPTEMBRE 2016

ActuBurkina

Exigences d’un cacao durable: La Côte d’Ivoire et le Ghana lancent un ultimatum aux multinationales

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR