ActuBurkina
A la une Politique

MARIAGE DES ENFANTS EN GAMBIE : 20 ans de prison pour les coupables

Le président gambien, Yahya Jammeh, ne finira  pas de surprendre. En effet, il  vient de décréter l’interdiction, avec effet immédiat, du mariage des enfants dans son pays, menaçant de prison ferme les fiancés et parents qui ne respecteraient pas cette décision.  Désormais, quiconque épouse une fille n’ayant pas atteint la majorité risquera  vingt ans de prison. Et cette décision  débouchera  sur une loi avant le 21 juillet, veille du 22e anniversaire de son régime.

 « À compter d’aujourd’hui 6 juillet, le mariage des enfants est illégal et est interdit en Gambie », a-t-il  déclaré à l’occasion d’une audience accordée à des dignitaires musulmans au lendemain de l’Aïd el fitr. « Quiconque épouse une fille n’ayant pas atteint l’âge de 18 ans fera 20 ans de prison… Les parents de la fille feront 21 ans de prison et toute personne ayant connaissance de ce mariage et ne l’ayant pas signalé aux autorités fera 10 ans de prison. L’imam et tous ceux qui dirigeront la cérémonie de mariage seront également envoyés en prison », a-t-il martelé.

Le président  a surtout  précisé  avoir donné des instructions aux députés afin d’inscrire cette décision dans la législation avant le 21 juillet.

En fin novembre 2015, Yahya Jammeh avait décrété l’interdiction de l’excision en Gambie, soulignant que cette pratique – très répandue dans plusieurs pays africains – n’était pas dictée par l’islam et devait être abolie. Et un mois plus tard, le Parlement adoptait  ladite loi, laquelle  réprimait pénalement les mutilations génitales féminines. Les contrevenants encourent désormais une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans et une amende de 1 300 dollars (1 200 euros).

Al CAPPUCCINO

Articles similaires

CPI : Fatou Bensouda interdit de visa par les Etats-unis

ActuBurkina

SUSPENSIONS DES SALAIRES D’AGENTS PUBLICS : l’UPC recommande le reversement des retenues dues à l’IUTS des mois passés

ActuBurkina

MORT DE 12 PRESUMES TERRORISTES A TANWALBOUGOU :  « …les infortunés n’ont pas été exécutés  par balles», selon trois rescapés  de la même cellule ( Procureur du Faso)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR