ActuBurkina
A la une Société

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : L’UNAPOL pour un « engagement franc dans la gestion des forces »  

 

A l’occasion du 67e anniversaire de la Police nationale, l’UNAPOL, tout en regrettant les différentes attaques qu’a connues le pays, plaide pour un engagement franc dans la gestion des forces. C’est la substance de la déclaration ci-dessous. Lisez plutôt !

28 décembre 1949 – 28 décembre 2016 : la Police nationale a 67 ans !

Créée une décennie avant l’indépendance, la Police nationale a vu passer toutes les phases de l’évolution de notre pays: l’époque coloniale, la période de l’indépendance, l’ère voltaïque, le BURKINA FASO actuel et toutes les républiques qui se sont succédées.

On dit que « l’histoire n’est jamais passée à côté de la police nationale sans la marquer de sa griffe puissante et sans lui imprimer son sceau indélébile ». Cette maxime est valable pour la Police burkinabè, car des fortunes diverses, elle en a connu. Des moments de gloire et surtout des moments d’amertume.

Pour preuve, depuis plusieurs décennies et ce jusqu’à nos jours, la Police est malmenée, méprisée, marginalisée voire martyrisée par le politique au gré des intérêts de celui-ci. Mais l’institution a survécu et survivra à tous ces régimes car éternelle, elle est; Universelle elle demeure.

Que de préjudices flagrants, que d’injustices criardes, l’institution et ses hommes ont subi. Mais loyaux ils sont restés.

Au nom de la République, ce 67e anniversaire, l’UNAPOL le place sous le signe de l’hommage à nos Forces de Défense et de Sécurité tombées sur différents théâtres au nom de la Nation.

Des victimes les plus lointaines, au plus récentes. Nous les portons en mémoire et nous leur rendons hommage. Il nous souvient le dernier cas, celui du mercredi 14 décembre au petit matin dans le village de Nassoumbou, où des individus non identifiés ont fait irruption sur les positions du groupement antiterroriste composé de Policiers, de militaires et de gendarmes.

Le décompte macabre a fait état de douze morts et quatre blessés dans les rangs des FDS et de destruction et pillage de matériel militaire par les assaillants.

UNAPOL déplore cet énième affront contre le Burkina Faso et dénonce une fois de plus le sous-équipement des FDS.

Eu égard à la persistance de ces affres et à la hardiesse intrépide de leurs auteurs, il s’en dit qu’une simple présence constante ne saurait dissuader les auteurs et commanditaires.

Alors, UNAPOL interpelle encore le gouvernement burkinabè sur l’impérieuse nécessité de pourvoir une logistique apte à faire face à la menace terroriste telle que connue aujourd’hui.

C’est le lieu de présenter nos condoléances les plus attristées aux familles des disparus et de souhaiter prompt rétablissement aux blessés.

A l’ensemble des FDS, cette attaque vient rappeler la nécessité de demeurer constamment en alerte à chaque instant où nous sommes de devoir.

Aussi, UNAPOL interpelle l’ensemble des FDS sur la nécessité d’un engagement franc, d’une transparence dans la gestion des forces. Car le drame de Nassoumbou aura permis de lever le voile sur l’iniquité dans l’engagement des forces. Les chiffres en témoignent : Plusieurs dizaines de militaires (bérets rouges), plusieurs dizaines de policiers, moins de cinq militaires de la gendarmerie. Connaissant les attributions ordinaires des différentes forces et aussi leurs effectifs, il va sans dire que certains font des calculs. Apte à recevoir les honneurs, mais traînard quant il faut aller au charbon. La loyauté ici laisse à désirer. Pour le moment, nous ne nous attarderons pas sur cet aspect.

Nous interpellons l’État pour qu’il joue son rôle de gestionnaire et de pourvoyeur de moyens. Pour le reste, les hommes assureront leur partition.

Quant à vous collègues policiers, UNAPOL réitère ses encouragements. Voilà que nous sommes en période de fêtes de fin d’année, des moments tant souhaités, mais aussi des moments redoutables, allusion faite aux risques d’accidents de la circulation. Déployés pour faciliter le trafic, donnez le meilleur de vous-mêmes. Travaillez comme si vous étiez indispensables car à la vérité, votre rôle est irremplaçable. Travaillez, Travaillez pour que les autres puissent passer d’agréables moments de fête. C’est cela le sens de notre sacerdoce.

Vive la Police Nationale et Joyeux anniversaire à elle !

Vive les FDS !

Vive le Burkina Faso !

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 14 MARS 2018

ActuBurkina

Roch Kaboré au peuple du Burkina Faso: «Oui, j’ai compris votre message»

ActuBurkina

Visite du Président du Niger au Burkina: communiqué de Presse conjoint

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR