ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Libye : le représentant spécial de l’ONU a rendu le tablier

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Abdoulaye Bathily, a rendu le tablier hier  16 avril. il justifie sa décision par le fait que les Nations unies seront  dans l’impossibilité d’ « agir avec succès » pour soutenir le processus politique face à des dirigeants qui placent « leurs intérêts personnels au-dessus des besoins du pays ».

Abdoulaye Bathily a déclaré au Conseil de sécurité que « malheureusement » ses tentatives pour répondre aux préoccupations des principales parties prenantes libyennes ont été satisfaites « avec une résistance tenace, des attentes déraisonnables et l’indifférence envers les intérêts du peuple libyen ».

Selon le Sénégalais, « depuis la fin de 2022, les efforts déployés par les Nations Unies pour aider à résoudre la crise politique en Libye par le biais d’élections se sont heurtés à des pressions nationales et régionales, révélant un défi intentionnel à s’engager sérieusement et une ténacité à retarder perpétuellement les élections. »

Il a déclaré que « les conditions préalables proposées par les dirigeants libyens contredisent leur intention proclamée de trouver une solution au conflit dirigée par les Libyens et appartenant aux Libyens », ajoutant que « jusqu’à présent, ils n’ont pas fait preuve de leur bonne volonté ».

Le Représentant spécial a déclaré que la Libye « est devenue le terrain de jeu de rivalités féroces entre les acteurs régionaux et internationaux motivés par des intérêts géopolitiques, politiques et économiques ainsi que par la concurrence qui s’étend au-delà de la Libye et qui est liée à son voisinage ».

Il a exhorté les dirigeants libyens à parvenir à un règlement politique « basé sur des négociations et des compromis » et a déclaré : « Nous ne pouvons pas laisser les aspirations de 2,8 millions d’électeurs libyens enregistrés être éclipsées par les intérêts étroits de quelques-uns ».

Pour sa part, l’ambassadeur libyen Taher Al-Sunni a déclaré : « Nous continuons d’entendre certains qui continuent à nous prêcher et à critiquer la situation dans notre pays, nous donnant des leçons sur les principes d’humanité et de démocratie tout en fermant les yeux sur les scènes de tuerie et de destruction à Gaza. Tout en restant sourds aux cris des enfants et des femmes enterrés sous les décombres. »

L’impasse politique en Libye se poursuit entre le Gouvernement d’unité nationale (GNU) reconnu par l’ONU, basé à Tripoli et dirigé par le Premier ministre Abdul Hamid Mohammed Dbeibah, et le Gouvernement de stabilité nationale (GNS), dirigé par le Premier ministre Osama Hamad et aligné avec la Chambre des représentants (HoR) et l’Armée nationale libyenne (LNA) sous le commandement du général Khalifa Haftar.

L’impasse entre les gouvernements rivaux persiste depuis le report indéfini des élections nationales libyennes prévues pour décembre 2021.

africanews

Articles similaires

Election présidentielle : Tahirou Barry et Ablassé Ouédraogo exclus du financement public

ActuBurkina

COVID-19 AU BURKINA: 00 cas confirmé et 2 guérisons à la date du 5 juin 2020

ActuBurkina

Processus de réconciliation nationale : le ministre Zéphirin Diabré plaide auprès du CFOP pour la levée de la suspension de sa participation

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR