ActuBurkina
A la une Culture

« Le 15-Mai se veut un moment qui consacre le rapprochement d’un peuple avec ses valeurs authentiques », (Jean Emmanuel Ouédraogo)

En prélude à la journée des coutumes et traditions qui sera célébrée le 15 juin prochain au Burkina, le ministère en charge de la culture organise, du 13 au 14 mai 2024, un colloque sous le thème « spiritualité, traditions et pratiques coutumières au Burkina Faso ». Ledit colloque réuni à Ouagadougou, des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des détenteurs de savoirs ancestraux. « Le 15-Mai se veut un moment qui consacre le rapprochement d’un peuple avec ses valeurs authentiques », selon le ministre Emmanuel Ouédraogo.

A en croire ministre d’État, ministre en charge de la culture, Jean-Emmanuel Ouédraogo, qui a ouvert le colloque, en choisissant de placer les traditions et les coutumes au cœur d’un colloque, c’est pour se souvenir, convoquer le passé dans ce qu’il a d’intrinsèque, en vue de le transmettre aux générations futures. Selon le ministre Ouédraogo, le 15-Mai se veut un grand moment qui consacre le rapprochement d’un peuple avec ses valeurs authentiques, la communion entre un peuple et son passé. Et la réflexion précédant l’action, le ministre en charge de la culture a justifié que ce colloque est d’une importance capitale pour la sauvegarde et la promotion des pratiques et manifestations culturelles.

Le ministre Ouédraogo a insisté que l’institution de la journée du 15-Mai est un tremplin offert à tout burkinabè pour renouer avec son histoire, sa culture dans toute sa diversité sans oublier les valeurs cardinales de paix et du vivre-ensemble harmonieux.

Et Me Titinga Pacéré, Trésor humain vivant qui a donné la conférence inaugurale a précisé qu’un plaidoyer a été fait auprès des autorités pour arriver à la consécration du 15- Mai comme journée des coutumes et des traditions. A l’en croire ce plaidoyer a fait l’objet d’un dossier qu’il a lui-même ficelé de bout en bout. « J’ai fait une requête que j’ai adressée au chef de l’État le capitaine Ibrahim Traoré, le 23 juin 2023. J’ai adressé ma lettre sous couvert de monsieur le ministre en charge de la culture. C’est suite à cela que la décision du 15 mai a été prise », a laissé entendre Me Titinga Pacéré.

 Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

COTE D’IVOIRE : deux journalistes arrêtés pour « divulgation de fausses informations » sur Guillaume Soro

ActuBurkina

Football Mondial cadets 2023: le Burkina Faso s’incline  (3-0) devant la France

ActuBurkina

KOFI ANNAN A PROPOS DE LA CPI: « l’Afrique veut cette Cour, elle a besoin de cette Cour et doit continuer à la soutenir»

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR