ActuBurkina
A la une Edito

IDRISS DEBY ITNO ET L’AFFAIRE DE DISPARITION DE MILITAIRES : Il y a anguille sous roche

 

Six des candidats malheureux à l’élection présidentielle du 10 avril au Tchad ont été convoqués, hier, 31 mai, à la Police judiciaire de N’Djamena. En l’absence de deux d’entre eux – le chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo et Laoukein Kourayo – quatre des candidats ont répondu à la convocation. La raison de cette convocation est en lien direct avec la  disparition présumée de militaires. En effet, on se rappelle qu’après la diffusion de l’information selon laquelle près de 60 militaires seraient portés disparus pour n’avoir pas respecté la consigne de vote de l’armée en faveur du chef de l’État, Idriss Deby Itno, une enquête avait été ouverte par le parquet général de N’Djamena, le 20 avril, aux fins de situer les responsabilités. Et cela, sous la pression des opposants,  d’Amnesty International, de la Ligue tchadienne des droits de l’Homme (LTDH) et de certains pays occidentaux. Hier donc, la convocation des candidats à la présidentielle d’avril consistait à recueillir les preuves que ces derniers disent détenir en ce qui concerne cette affaire.

Le pouvoir tchadien doit s’assumer pleinement

Le pouvoir tchadien semble jouer avec le feu et il pourrait se brûler les ailes. Car, désormais, il doit aller jusqu’au bout en situant définitivement l’opinion nationale et internationale sur ce que sont devenus les soldats dont on dit qu’ils étaient en mission secrète. Et ce d’autant plus qu’au déclenchement de cette affaire, il y a eu une volonté manifeste d’entuber et de manipuler les familles des soldats disparus et le peuple dans son entièreté, en montrant quelques soldats à la télévision nationale comme preuve qu’ils sont toujours en vie. Sans peut-être le savoir, le régime de Deby est en train de se confondre dans cette affaire parce qu’on n’a pas besoin de tout ce cinéma pour répondre à cette question aussi simple : où se trouvent les soldats ? Il suffit par exemple  de permettre aux familles des soldats de pouvoir échanger avec eux ou s’ils sont en mission secrète à l’intérieur du pays, d’indiquer dans quel cadre la mission est menée tout en protégeant le secret militaire cher à la Grande muette. Mais on sent que dans cette affaire, il y a anguille sous roche. L’un dans l’autre, le pouvoir tchadien doit s’assumer pleinement et non chercher à intimider les opposants.

Michel NANA

Articles similaires

HOPITAUX PUBLICS BURKINABE : le triste constat du RAME

ActuBurkina

MALI: au moins 21 soldats tués lors de l’attaque d’un camp militaire par des présumés jihadistes

ActuBurkina

FETES DE FIN D’ANNEE : le message du MPP

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR