ActuBurkina
A la une Société

Guézouma Sanogo, président du comité de pilotage du CNP/NZ : « les défenseurs de la liberté d’expression et de la presse ont vu rouge » de janvier à septembre 2022

Aujourd’hui 20 octobre 2022, est commémorée la 24e Journée nationale de la liberté de la presse au Burkina sous le thème : « Régime de transition : sauvegarder les libertés individuelles et collectives! ». A cet effet, le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ) a initié plusieurs activités entre autres la lecture de son message et l’organisation d’un panel. L’on retiendra que de janvier à septembre 2022, « les défenseurs de la liberté d’expression et de la presse ont vu rouge »

C’est dans un contexte de transition que se tient la 24e Journée nationale de la liberté de la presse au Burkina. En  effet, le pays des Hommes intègres a  connu en l’espace de 8 mois, deux coups d’Etat avec des militaires portés à sa tête. Pour le président du comité de pilotage du CNP/NZ, Guézouma Sanogo, cette 24e Journée se tient dans un contexte où la démocratie est mise à rude épreuve, sacrifiée sur l’autel de la lutte des clans au sein des Forces armées pour la gestion du pouvoir d’Etat. « Tout se passe comme si la démocratie était inefficace contre le terrorisme », a déclaré M. Sanogo.

Selon lui, sous la gouvernance du régime de Paul Henri Damiba qui a duré de janvier à septembre 2022, « les défenseurs de la liberté d’expression et de la presse ont vu rouge »  avec à la clé des intimidations, des agressions de journalistes et défenseurs de la liberté d’expression et de la presse, ainsi que le blocage du Conseil supérieur de la communication (CSC). Ainsi, à en croire le  président du comité de pilotage du CNP/NZ, en décidant de se pencher sur le thème « Régime de transition : sauvegarder les libertés individuelles et collectives! », le Centre entend faire apprécier la liberté de la presse telle que vécue depuis l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) en janvier 2022, proposer des pistes  pour défendre la liberté d’expression et de la presse dans ce contexte et d’interpeller l’ensemble des défenseurs de la liberté d’expression et de la presse à plus de vigilance.

Et pour  maintenir cette flamme de la liberté d’expression et de la presse, M. Sanogo a indiqué que le Centre s’est doté de moyens pour reconstruire son mécanisme d’alerte. « Nous avons en effet mobilisé de nouvelles ressources humaines à travers les 13 régions à même de nous alerter sur toutes les atteintes à la liberté d’expression et de la presse », a relevé le président du comité de pilotage qui a saisi l’occasion pour  interpeller les nouvelles autorités sur « la léthargie voulue et orchestrée »  au sein du CSC sous le MPSR1. Regrettant le fait  que l’instance de régulation des médias n’arrive plus à jouer son rôle depuis des mois faute de décret nommant son président pourtant élu par ses collègues conseillers, le CNP/NZ a invité les nouvelles autorités à « vite remédier à cette anomalie ».

A noter qu’à l’issue du discours du 20 octobre du CNP/NZ, un panel  sur le même thème a eu lieu.

CD

Articles similaires

COMMISSIONS D’ENQUETES PARLEMENTAIRES : Les membres officiellement installés dans leur fonction

ActuBurkina

PROTECTION DE LA VIE PRIVEE A L’ERE DU NUMERIQUE: des députés à l’école de la CIL

ActuBurkina

ADMINISTRATION PUBLIQUE : Paul Kaba Thiéba veut insuffler un nouveau dynamisme

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR