ActuBurkina
A la une Politique

Gouvernement Dabiré 3: ce qu’il faut savoir sur les 3 nouveaux ministres

Colonel-major Aimé Barthélemy Simporé

Le nouveau ministre délégué auprès du président du Faso chargé de la Défense nationale et des Anciens combattants, colonel-major Aimé Barthélemy Simporé, était jusqu’à ce soir, le directeur du Centre national des Etudes stratégiques (CNES) du Burkina Faso, organisme créé par le gouvernement en février 2020. Bien avant cela, il a passé 5 ans comme Attaché Défense, air et militaire à l’ambassade du Burkina Faso à Washington,  soit de juin 2014 à février 2019 sans oublier qu’il a supervisé la coopération bilatérale avec la Défense américaine, Forces aériennes et militaires.

Rentré au bercail en février 2019, il était membre du Comité d’élaboration de la politique de sécurité nationale.  Ancien chef de la Division opération de l’État-major général des armées,  colonel-major Aimé Barthélemy Simporé a une riche expérience dans les missions de maintien de la paix ainsi que dans la planification d’exercices militaires multinationaux.  Divers stages de formation effectués  au Burkina, en Russie, en Côte d’Ivoire, au Mali, en Allemagne et aux États-Unis d’Amérique lui ont plusieurs prix nationaux et étrangers ainsi que des décorations. Marié et père de deux enfants, le fraichement  ministre délégué́ à la Défense est  le tout premier militaire à faire son entrée dans un gouvernement Roch Kaboré

Maxime Koné

Maxime Koné, nouveau ministre de la Sécurité, occupait le poste de ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, chargé de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur.

Titulaire d’une maitrise en Relations internationales, d’un DEA en droit de l’intégration, du Diplôme d’Etudes diplomatiques supérieurs et d’un Certificat de formateur des formateurs en prévention des conflits, Maxime Koné a été enseignant à la section diplomatie de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) et directeur de la formation professionnelle au ministère en charge de la Fonction publique. Il a été député et président du Conseil régional de la Boucle du Mouhoun.

Clarisse  Mérindol/Ouoba

 

Clarisse  Mérindol/Ouoba est la nouvelle ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, chargé de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur. Cette juriste de formation, enseignante chercheur en Sciences juridiques et politique de l’université Joseph KI-ZERBO, a été conseillère juridique à la présidence du Faso. Depuis avril 2016, elle occupait le poste de directrice de cabinet du ministre de l’Economie, des finances et du développement, avant sa nomination, hier 30 juin. L’entrée de Mme Mérindol au gouvernement porte le nombre de femmes à 10. Elle est auteur de plusieurs ouvrages :  « Le Conseil des droits de l’homme et ses principaux mécanismes : bilan et perspectives d’actions pour le Burkina Faso à l’entame de son second mandat de membre » et  « Je ne veux pas qu’on m’offre des faveurs dans une calebasse ! : la discrimination positive au Burkina Faso, ou l’affirmation de la différence : l’exemple de la loi sur le quota »

Articles similaires

AFFAIRE DU COUP D’ETAT DU 15 SEPTEMBRE : L’immunité du député, Salifou Sawadogo, levée

ActuBurkina

A PROPOS DU RSP : Pourquoi ce clair-obscur de Zida ?

ActuBurkina

FEDERATION BRESILIENNE DE FOOTBALL : un ancien président  « banni à vie » par la FIFA

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR