ActuBurkina
A la une Société

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES: le leadership féminin au cœur d’une journée de partage d’expériences

Le Réseau des étudiants et professionnels en Gestion des ressources humaines du Burkina Faso (REP/GRH-BF), né de la volonté des professionnels œuvrant dans les structures publiques et privées et de la fusion des Clubs GRH des écoles de formation professionnelles du Burkina Faso, a organisé,  le 12 octobre 2019,  dans la commune rurale de Koubri une journée de partage d’expériences.

Placée sous le thème :  « La jeune fille et la femme dans la fonction de manager des ressources humaines », cette activité qui se veut un cadre d’échanges et de partage d’expériences a permis aux participants de jeter un regard sur la place des femmes aux postes de dirigeantes, leurs parcours et leur style de management. Il s’est agi de s’intéresser aussi aux modes d’éducation, de socialisation des femmes à la manière dont elles sont perçues en tant que managers dans une société où gestion et pouvoir se conjuguent encore souvent au masculin. A entendre le président du Réseau, par ailleurs président du comité d’organisation, Ousmane Sandwidi, le choix du thème se justifie par le fait qu’aujourd’hui, en plus de ses obligations familiales, sociétales, la jeune fille manager doit aussi faire face aux préjugés des hommes qu’elle manage au quotidien,  ces derniers s’estimant aussi forts et travaillant  à lui mettre les bâtons dans les roues. « C’est en cela que nous avons estimé nécessaire d’organiser une journée de réflexion au tour de cette thématique pour motiver les jeunes filles qui veulent embrasser de façon générale les fonctions de manager afin de leur donner des rudiments nécessaires pour pouvoir faire face à ces différents préjugés de la société qui freinent l’épanouissement,  de façon générale,  de la femme »,  a-t-il avancé.

Pour la présidente de la Journée, Emma Marie Kantiono, directrice générale de Essakane Solar, le thème choisi est particulièrement d’actualité dans un contexte où de plus en plus de filles et de femmes doivent faire face aux responsabilités de leaders et de manager. « A travers cette initiative, nous semons les graines de la connaissance, du savoir, des valeurs, des leviers puissants et incontournables qui ancrent notre jeunesse sur le véritable chemin de son engagement et de sa participation au développement économique et social de notre pays »,  a indiqué Mme Kantiono  avant d’ajouter que « c’est un véritable devoir pour une fille qui a dû tout braver pour parvenir à grimper une petite échelle,  de donner la main à ses filleuls qui sont au plus bas de l’échelle en vue de réduire les effets directs et indirects des préjugés et des obstacles dont elles auront à faire face ».

Quant à la marraine de ladite Journée, la directrice générale du Centre de contrôle des véhicules automobiles (CCVA), Zalissa Koumaré/Ouillio, elle a indiqué que cette activité entre dans le cadre global du combat quotidien de repositionnement de la jeune fille et de la femme en tant qu’actrice et partie prenante dans la résolution des préoccupations auxquelles elles sont confrontées.  « Ce genre d’activité nous permet non seulement de nous rapprocher de cet idéal mais, aussi, de promouvoir le leadership féminin sous tous ses angles », a-t-elle souligné. Mais, à son avis,  il faut aller au-delà de ce type d’activité qui réunit jeunes filles et femmes privilégiées. « ll  faut donc aller au-delà de ce type de cadre d’échanges pour aller à la rencontre de la femme burkinabè, comprendre ses préoccupations réelles et œuvrer à son émancipation réelle » car, a-t-elle relevé, « le combat est de longue haleine ».

A travers des panels et communications animés par les aînées dans la fonction de management des ressources humaines, il s’est agi de façon spécifique de développer les avatars, les astuces et les défis dont doivent faire face les jeunes filles et femmes occupants des postes de responsabilité. Cette Journée s’est voulue aussi un cadre récréatif et de détente avec  des jeux de société, un concours de pêche à la ligne, de jeux d’invisibilité en vue de rencontre professionnelle, entre autres. A l’issue de la découverte du jeu d’invisibilité, les professionnels devraient  être en mesure de trouver un stage qui va aboutir à un emploi pour ces jeunes filles, selon le comité d’organisation. Des attestations de reconnaissances ont été remises aux personnes ayant contribué à la réussite de la journée.

Boureima KINDO

Articles similaires

LEGALISATION DE LA POLYGAMIE EN GUINEE : Alpha Condé refuse de promulguer la loi

ActuBurkina

Centre-Est : Une importante quantité de cannabis saisie par la Police Nationale

ActuBurkina

BURKINA : Pierre Meyer est suspendu à titre provisoire des Ordres Burkinabè

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR