ActuBurkina
A la une Politique

GABON : Ali Bongo sera investi demain 27 septembre

Quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle, le président gabonais Ali Bongo Ondimba sera investi pour un second septennat  demain mardi.

Selon un communiqué de  la présidence, Ali Bongo, le tout  nouveau président  dont la Cour Constitutionnelle a validé sa réélection le vendredi 23 septembre dernier, sera investi demain 27 septembre, au Palais présidentiel du bord de mer. Une investiture qui interviendra quatre jours seulement après la confirmation de sa victoire par la Cour constitutionnelle selon laquelle il a été élu avec 172 990 voix (50,66%) contre  161 287 voix (47,24%) pour Jean Ping  qui continue de se proclamer le président élu.

Ce  lundi, ce dernier  devait recevoir à son domicile le corps diplomatique présent au Gabon.

Il faut noter que cette réélection de Bongo fils a été froidement accueillie par la communauté internationale et les chefs d’État africains  qui sont restés très discrets.  Idriss Deby Itno, chef de l’État tchadien et actuel président de l’Union africaine, a simplement publié un communiqué affirmant que « le président de la république du Tchad, président en exercice de l’Union africaine, prend acte de la décision de la Cour constitutionnelle proclamant la victoire de Ali Bongo et invite toute la classe politique gabonaise au respect de la décision souveraine de la Cour constitutionnelle ». Mohammed VI, connu pourtant  comme étant un grand ami d’Ali Bongo, a dit  « prendre acte » de la réélection de ce dernier.

Pour sa part, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a adressé ses « très vives et chaleureuses félicitations » au président réélu  tout  en espérant que le « peuple gabonais reconnu pour sa tolérance et sa détermination construise son avenir dans une vision démocratique ». Quant au président sénégalais,  Macky Sall, il  a souhaité à son « cher frère » ses « meilleurs vœux de réussite » pour le maintien « de la paix et du dialogue » au Gabon.

Cette investiture mettre-t-elle fin à la crise postélectorale? Bien malin qui saura répondre.

 

Al CAPPUCCINO

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 31 MAI 2017

ActuBurkina

IDRISS DEBY à propos de la crise burundaise : « l’UA interviendra militairement » si

ActuBurkina

Coup d’Etat au Burkina: L’ATD invite la CEDEAO à « éviter toute sanction contre le pays »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR