ActuBurkina
A l'etranger A la une Société

France : premier pays à inscrire l’IVG dans sa Constitution

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française a franchi ce 28 février son étape la plus délicate au Parlement avec le vote favorable du Sénat. Une réforme historique qui sera définitivement adoptée le 4 mars à Versailles.

« C’est une victoire féministe immense », a réagi la sénatrice écologiste Mélanie Vogel, saluant « une avancée majeure » et « un message envoyé aux féministes du monde entier ».

Malgré les réticences de certains sénateurs de la droite et du centre, majoritaires à la chambre haute, le Sénat s’est prononcé en faveur d’une « liberté garantie » à l’interruption volontaire de grossesse, sans modifier le texte du gouvernement. La révision constitutionnelle, déjà adoptée à la quasi-unanimité par l’Assemblée nationale, a reçu le soutien de 267 voix contre 50 au Palais du Luxembourg, après plus de trois heures de discussions parfois agitées dans cet hémicycle habituellement très apaisé.

Le président de la République Emmanuel Macron a immédiatement convoqué le Congrès des deux chambres du Parlement lundi 4 mars, ultime étape du chemin parlementaire de la révision, saluant le vote du Sénat : « Après l’Assemblée nationale, le Sénat fait un pas décisif dont je me félicite. »

Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti a évoqué en ouvrant les débats au Sénat « une journée historique » pour faire de la France « le premier pays au monde à protéger dans sa Constitution la liberté des femmes à disposer de leur corps ». « Les Français attendent que nous soyons tous collectivement à la hauteur de l’attente populaire, à la hauteur des combats passés, à la hauteur de la vocation universelle de la France », a lancé le garde des Sceaux. Et puis, « le Sénat a écrit une nouvelle page du droit des femmes », a-t-il ajouté une fois le vote annoncé.

Le résultat du vote, 267 voix contre 50, est « au-delà de nos espérances ». En France, « on a remporté la bataille culturelle sur ce sujet, il est devenu de plus en plus difficile pour des élus de voter pour détricoter le droit à l’interruption volontaire de grossesse », s’enthousiasme la sénatrice écologiste, parlant d' »Un exemple pour le monde »…

« Nous écrivons l’Histoire », a renchéri sur X Mathilde Panot, la cheffe de file des députés LFI. « C’est un message magnifique qu’on envoie au monde entier au moment où les réactionnaires gagnent du terrain », confie-t-elle, après avoir laissé échapper quelques larmes et enchaîné les accolades.

Le Parlement va se réunir le 4 mars en Congrès à Versailles, près de Paris, pour inscrire définitivement l’IVG dans la Constitution. Ce sera l’aboutissement d’un long chemin vers la constitutionnalisation, plébiscitée par la gauche, l’opinion publique et les associations de défense des droits des femmes.

TV5 Monde

Articles similaires

Libre circulation dans l’espace CEDEAO : la nouvelle équipe de la Task force installée

ActuBurkina

VOLONTE DE RETRAIT DES PAYS AFRICAINS DE LA CPI : des ONG contre

ActuBurkina

TGI DE BANFORA : le maire de Fo condamné à 6 mois de prison ferme pour célébration irrégulière d’un mariage

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR