ActuBurkina
Edito

FILEP 2023 : c’est du 14 au 22 octobre 2023

Le président de l’Assemblée législative de transition a donné le clap d’ouverture de la dixième édition du festival international de la liberté d’expression et de la presse qui se tient du 14 au 22 octobre 2023 à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture s’est tenue ce mercredi 18 octobre 2023 au Conseil burkinabè des chargeurs. La Namibie est le pays invité d’honneur de cette édition.

Placé sous le thème « médias, conflits et cohésion sociale en Afrique, la dixième édition du FILEP qui se tient du 14 au 22 octobre 2023 à Ouagadougou voudrait se pencher sur cette question lancinante des rapports entre les médias et les conflits en Afrique subsaharienne. Ce thème devrait permettre aux festivaliers de mener des discussions sur plusieurs thématiques inhérentes au développement socio-économique du continent en proie aux crises sociales, économiques politiques, sanitaires, …

Les innovations de cette édition sont la célébration du meilleur pays africain en matière de démocratie, de la liberté d’expression et de presse. A cet effet, la Namibie est classée première selon le rapport de Reporter sans frontières, d’où sa désignation comme pays invité d’honneur à cette édition du FILEP, et la diversification des sites et des thématiques de réflexions.

Le président de l’ALT, Dr Ousmane Bougouma

Selon le président du comité d’organisation Inoussa Ouédraogo, les médias et les journalistes dans certains pays exercent dans des conditions socio-politiques et sécuritaires difficiles marquées par plusieurs formes de restriction. Il a poursuivi en ces termes, « au Burkina Faso, des gouvernants, des activistes, des leaders d’opinion et des citoyens ont parfois été accusés d’être au service des groupes armés terroristes ou de ne pas soutenir le régime en place… L’on distribue des bons points aux journalistes dits « patriotes » et des mauvais points aux journalistes dits « apatrides ». Si la critique contre les journalistes est un droit pour le public et un indicateur pour les journalistes, il en est autrement de la haine contre les journalistes et les médias qui doit être combattu par tous les démocrates et par les autorités de nos pays ».

Par la même occasion, il a invité le président de l’ALT qui a présidé la cérémonie d’ouverture, à ne pas laisser passer ce projet de la loi organique No 015-2013/AN portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la communication. « C’est l’un des symboles de nos luttes pour l’indépendance d’une institution comme le CSC. Et permettre que le président du Faso nomme directement le président du CSC sera un grave recul. Il revient à votre institution de mesurer le poids historique d’un tel recul et surtout dans un contexte de Transition, censé être la période des réformes progressistes et audacieuses ».

Les participants au FILEP

Le président de l’Assemblée Législative de Transition Ousmane Bougouma, n’a pas manqué de rappeler les conditions actuelles d’exercice des médias. Il affirme qu’au parlement de Transition, ces derniers ont des défenseurs.

La cérémonie a été marquée par une reconnaissance à l’endroit de trois personnalités à savoir Jean Claude Méda, Pr Kwamé Kari Kari, et maître Alidou Ouédraogo.

Le FILEP regroupe plus de 200 festivaliers venus de 33 pays. En plus de la conférence inaugurale, sept (7) autres panels sont prévus au Conseil Burkinabè des Chargeurs et au Centre National de Presse Norbert Zongo.

Marie Jacintha DRABO (stagiaire)

 

Articles similaires

Primature : grand oral de Christophe Dabiré ce soir sur la RTB

ActuBurkina

ARRESTATION DES FEMMES OPPOSEES AU PROJET DE LOI SUR LA LIMITE D’AGE: le martyre continu des Ougandais

ActuBurkina

JOURNEE VILLE MORTE AU TCHAD : Quels effets sur le régime ?

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR