ActuBurkina
A la une Politique

EDUCATION : « si rien n’est fait, nous allons droit vers une année blanche » (CFOP)

L’hebdomadaire point de presse du chef de file de l’opposition s’est tenu ce 12 mai 2020 au siège de l’opposition politique, à Ouagadougou. La conférence était animée par  Dr Alain Zoubga, président de l’Autre Burkina /Parti pour le socialisme et la refondation (L’Autre Burkina/PSR) et de Carlos Toé, président du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR). Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour,  notamment les dernières décisions prises par le gouvernement sur la gestion du Covid-19, les « tergiversations » autour de la réouverture des classes et la reprise de l’enrôlement biométrique.

Le nouveau  report de la rentrée scolaire par le MENAPL au 1er juin prochain,  est mal perçu par l’opposition politique. Face à la presse ce 12 mai, elle a indiqué que ce nouveau report « cache l’incapacité du pouvoir MPP à négocier une trêve avec les partenaires sociaux et une désorganisation au sommet de l’Etat ».  Selon les conférenciers, les cours pour les élèves en classe d’examen auront lieu en pleine  saison des pluies, et quand on sait que de nombreux villages et communes sont enclavés  à cette période,  accentuée en cela par l’insécurité dans certaines zones, cela est loin d’arranger les choses.  Outre cela, l’opposition a estimé que la décision  du MENAPLN  de dispenser des cours à distance, est totalement inadaptée, tant du point de vue pédagogique que didactique.  « En effet, ces cours excluent l’écrasante majorité des enfants qui n’ont pas accès à internet et à la télévision et qui peuvent difficilement suivre des cours à la radio », ont soutenu les conférenciers qui ont également relevé le bras de fer engagé entre les enseignants et le gouvernement, notamment les coupures de salaires de certains personnels de l’éducation. Autant de faits qui ont poussé les conférenciers à affirmer que  « si rien donc n’est fait, nous allons droit vers une année blanche, ce qui contribuerait à hypothéquer sérieusement l’avenir de nos enfants. ». Tout en invitant les autorités à revoir leur  copie en réparant entre autres les injustices commises sur le personnel de l’éducation avec les coupures et suspensions de salaires, en  annulant la mesure d’extension de l’IUTS, les conférenciers ont lancé un appel aux partenaires sociaux  à « faire une fois de plus, preuve de solidarité et de sacrifices non pas pour ce gouvernement qui a perdu toute crédibilité, mais pour les enfants de la nation dont l’avenir risque d’être compromis ».

Sur la décision d’allègement des mesures de restriction, le CFOP estime qu’elle est « une bonne chose » en soi. Mais elle a déploré le fait qu’ « au lieu que ce soit le gouvernement qui imprime le rythme à suivre aux citoyens, ce sont plutôt ces derniers qui, par la rue, les réseaux sociaux et les émissions interactives, imposent leur volonté en tirant le gouvernement selon leur bon vouloir ».  « Un tel Etat impuissant représente un danger pour tout le peuple, parce qu’en cas de situation de catastrophe naturelle, sanitaire, de conflit généralisé ou d’invasion ennemi, les citoyens seront abandonnés à leur propre sort », a affirmé Alain Zoubga pour qui « l’Etat burkinabè n’a jamais été aussi impuissant que sous le régime du MPP »

La  reprise de l’opération de révision des listes électorales a été abordée à cette rencontre avec la presse.  S’il est vrai que l’opposition  salue cette reprise, il n’en demeure pas moins qu’elle a relevé certaines irrégularités et incidents sur le terrain, à savoir  des difficultés liées aux disfonctionnements des machines, des enrôlements perturbés pour cause d’insécurité. Face à ces difficultés, les conférenciers ont exhorté la CENI à « corriger ces graves anomalies pour une poursuite sereine de l’enrôlement des électeurs ». Du reste, le CFOP invite les électeurs à s’enrôler car « l’élection est la voie pacifique, démocratique et constitutionnelle qui nous permet de placer des dirigeants compétents et soucieux de notre avenir, à la tête du pays ».

Soamindi Gilbert ONADJA

(Stagiaire)

Articles similaires

SYNTSHA : une grève de 48 heures annoncée pour  compter du 17 avril

ActuBurkina

KONDIOA YONLI, maire de Logobou :« La mairie ne souffre d’aucune anomalie »

ActuBurkina

Primature : Albert Ouédraogo galvanise le personnel

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR