ActuBurkina
A la une Société

Drame de Yirgou : trois ans après, le CISC réclame toujours justice

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a commémoré ce samedi 8 janvier 2022 à Ouagadougou, l’an III du drame de Yirgou. A travers un panel organisé au Centre national de presse Norbert Zongo le collectif a exigé une fois de plus justice et vérité pour les victimes de ce massacre. De l’avis de Dr Daouda Diallo, président du CISC, le dossier Yirgou connait un blocage au niveau politique et c’est pourquoi les lignes ne bougent pas depuis trois années le drame.

Cela fait trois ans jour pour jour, que des habitants de Yirgou, localité située dans la commune de Barsalogho, ont été la cible d’un massacre qui a coûté la vie à environ 216 civils selon les chiffres annoncés par le CISC. Depuis lors, des organisations de défense des droits humains n’ont de cesse d’exiger que la lumière soit faite sur cette affaire. Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a commémoré ce samedi 08 janvier 2022 l’an III du massacre de Yirgou, qui reste jusque-là impuni à l’en croire. Cette commémoration est ponctuée par un panel organisé au Centre national de presse Norbert Zongo sur le thème : « violation des droits humains et la dégradation de la situation sécuritaire ».

Selon le président du CISC, Dr Daouda Diallo, le dossier judicaire de cette affaire avance à pas de caméléon. Et pour cause, un blocage est fait au niveau des autorités politiques. A l’entendre, les autorités devraient mettre à la disposition de la justice les moyens nécessaires pour le traitement de ce dossier et tous les dossiers similaires. « Vous conviendrez avec moi que la volonté d’un procureur, d’un juge d’instruction ou d’un acteur de la justice ne suffit pas. Il faut aussi de la volonté politique. Pour nous, le blocage se situe au niveau politique. Si le politique met à la disposition de la justice des moyens financiers, humains, matériels et crée un comité spécial pour le dossier Yirgou, comme celui de l’insurrection et de Thomas Sankara, ça ne peut pas ne pas aboutir », a indiqué Dr Daouda Diallo.

Pour Me Ambroise Farama, l’un des avocats de ce dossier, le Tribunal de grande instance de Kaya chargé de l’instruction du dossier semble avoir des difficultés. C’est pourquoi le dossier reste toujours pendant trois ans après. « A la date d’aujourd’hui, 180 mandats d’arrêts ont été émis mais n’ont pas été exécutés jusque-là. C’est la preuve que manifestement, la Justice ou le Tribunal de grande instance de Kaya semble avoir des difficultés pour instruire convenablement le dossier » a laissé entendre Me Ambroise Farama.

Du reste, le CISC, selon son président, garde espoir que justice sera rendue aux victimes du drame de Yirgou et la commémoration de l’an III entre dans le cadre de l’interpellation des autorités.

Daouda KIEKIETA (Stagiaire)

Articles similaires

Angola: l’ancien président José Eduardo dos Santos, le «parrain», est mort

ActuBurkina

CONSEIL DES MINISTRES: Compte rendu du 3 décembre

ActuBurkina

Mauvaises conditions de transports de viande à Ouagadougou:la Police municipale sévit

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR