ActuBurkina
A la une Santé

DOULEUR : un centre de contrôle découvert dans le cerveau

Ce centre est situé dans l’hypothalamus et est composé de trente petits neurones qui coordonnent la libération dans le sang d’une hormone au rôle apaisant.

Un peu de douceur dans un monde parfois bien brutal, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’apport de l’ocytocine, une hormone dont le nom signifie, en grec, « rapide accouchement ». Cette dénomination vient du fait qu’elle est libérée en très grande quantité au moment des contractions utérines précédant l’arrivée du bébé. Mais, au fil du temps, les scientifiques lui ont découvert d’autres propriétés fort intéressantes, notamment dans l’allaitement, ainsi que dans l’anxiété et la réduction de la sensation douloureuse. Elle agit également dans la régulation des interactions sociales. Jusqu’ici, le processus aboutissant à sa libération était inconnu. Le voile est désormais en partie levé, grâce à des travaux publiés le 3 mars dans la revue Neuron.

Les travaux émanent d’une équipe internationale, coordonnée par Alexandre Charlet de l’institut des neurosciences cellulaires et intégratives du CNRS et Valery Grinevich du DKFZ, en Allemagne. Ces chercheurs se sont penchés sur le processus de libération de la fameuse ocytocine lorsqu’une douleur est perçue. Ils ont découvert que le centre de contrôle qui coordonne sa libération n’est constitué que d’une petite trentaine de neurones, regroupés au sein de l’hypothalamus. Dans un communiqué du CNRS, ils expliquent que, lors de douleurs aiguës ou d’une sensibilisation inflammatoire (brûlure, pincement, coupure, etc.), l’information est acheminée par les nerfs périphériques (par exemple ceux du membre blessé) jusqu’à des neurones de la moelle épinière puis à d’autres dans le cerveau, dont ces « trente glorieux ». À peine prévenus, ces derniers déclenchent la libération d’ocytocine dans la circulation sanguine. Cette « hormone pompier » va alors « endormir » les neurones périphériques qui cessent donc de transmettre des messages de « détresse ». Et la douleur s’atténue. Qui plus est, les longs prolongements de ces neurones – les axones – délivrent l’ocytocine au plus profond de la moelle épinière.

« Ces travaux ont donc permis d’expliquer la manière dont différentes populations de neurones à ocytocine se coordonnent afin de contrôler l’interprétation du message douleur par le système nerveux », précise le CNRS… La découverte de ce centre de contrôle analgésique pourrait avoir des retombées bien plus importantes, notamment pour tenter de soulager les redoutables douleurs chroniques. Elles pourraient permettre de mettre au point des traitements très ciblés, donc en principe efficaces et bien tolérés. Mais pour cela, il va falloir prendre son mal en patience …

Source : lepoint.fr

Articles similaires

8 mars 2019 : les pagnes non conformes aux prescriptions seront saisis et détruits

ActuBurkina

RAMADAN ET COVID-19: les conseils pratiques de l’OMS

ActuBurkina

AVIS DE RECRUTEMENT D’ASSISTANTS AUX CHEFS DE ZONE

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR