ActuBurkina
A la une Politique

DOSSIER THOMAS SANKARA: « nous sommes favorables à ce que notre justice réponde à toutes les demandes qui émaneront de celle burkinabè », Claude Bartolone

Le président de l’Assemblée nationale de la France, Claude Bartolone est  arrivée dans la matinée de ce  22 mars, à Ouagadougou, pour une visite d’amitié et de travail de 48 heures. Il a été accueilli  à sa descente d’avion par le 1er vice-président de l’Assemblée nationale burkinabè, Me Bénéwendé Sankara.

Les appels à la déclassification des documents concernant le dossier Thomas Sankara dans les archives françaises sont de plus en plus pressants et se multiplient. Tout récemment, un député socialiste français, Pouria Amirshahi, a écrit  à François Hollande lui demandant de lever le « secret défense » qui empêche de rendre les archives publiques dès maintenant. Interpelé sur le sujet, le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, a dit être favorable  à toute  démarche devant permettre de faire triompher la vérité. « Nous sommes favorables à ce que la justice française puisse répondre à toutes les demandes qui émaneront de la justice burkinabè pour qu’il n’y ait le moindre doute sur les relations qui auraient existé,  y compris sur ce dossier entre la France et le Burkina Faso. La justice doit faire son travail et la vérité doit triompher », a déclaré M. Bartolone qui a souligné qu’actuellement, la justice française est « très libre », en témoignent les actualités marquées les nombreux dossiers judiciaires.

Par ailleurs,  cette visite du président du Parlement français s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens entre les deux pouvoirs législatifs. « Lorsque des représentants du peuple se rencontrent, cela vise à renforcer les liens historiques  existants entre nos deux pays », a-t-il mentionné.

La question de la lutte contre le terrorisme a été abordée. Face aux hommes de médias, M. Bartolone a indiqué que  la lutte contre le terrorisme n’est pas arrêtée une fois pour toutes,  surtout lorsque « deux peuples amis et frères sont soumis  aux mêmes peines, attaques et difficultés (la France et le Burkina Faso ont été victimes d’attaques terroristes à deux mois d’écart), cela renforce les liens ». Tout en se réjouissant  des actions entreprises dans le cadre du G5 Sahel, le chef du Parlement français a relevé qu’il faut savoir s’adapter afin de « montrer aux terroristes que nous sommes décidés et mobilisés pour les combattre ».

Colette DRABO

 

 

 

Articles similaires

SANTE MATERNELLE ET INFANTILE : le rallongement des congés de maternité préconisé (feature)

ActuBurkina

Axe DJIBO-BARABOULE : un braquage fait des victimes

ActuBurkina

Journée mondiale des enseignants : le message des Ministres en charge de l’Education nationale  et de l’Enseignement supérieur

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR