ActuBurkina
A la une Politique

DECLARATION DU PREMIER MINISTRE CHRISTOPHE DABIRE

Ça y est ! Le gouvernement Christophe Dabiré 1 est tombé dans l’après-midi de ce 24 janvier 2019. Plus d’une heure après leur nomination rendue publique, les ministres étaient conviés au Palais de Kosyam pour une prise de contact. Composé  de 32 membres dont 7 femmes, le gouvernement Christophe Dabiré 1 a enregistré 9 départs et 8 nouvelles arrivées.  Une heure après la prise de contact, le gouvernement était là au complet avec le président du Faso, Roch Marc Kaboré, pour la photo de  famille. A l’issue de cet exercice, le chef du gouvernement a fait une déclaration à l’issue de laquelle la presse a été autorisée à lui poser trois questions. Voici en intégralité la déclaration du chef du gouvernement.

« Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour adresser à son Excellence Monsieur le président du Faso les remerciements de l’ensemble du gouvernement qui vient d’être constitué. Il nous a fait confiance, dans un contexte extrêmement difficile traversé par notre pays. Mais les hommes et les femmes que vous voyez ont accepté la responsabilité qu’il leur a été confiée.  Nous nous sommes engagés tout à l’heure avec lui à travailler pour obtenir des résultats et faire en sorte que les difficultés dans lesquelles notre pays se trouve,  puissent reculer le plus possible et que très rapidement,  nous retrouvions la sérénité, la stabilité et que nous puissions relancer notre économie. Le gouvernement que son Excellence Monsieur le président du Faso  a formé est constitué de 32 membres.  Il y a, par rapport à l’ancien gouvernement, 8 départs et 7 nouvelles arrivées. Au niveau de la constitution genre, il y a 7 femmes dans  le gouvernement. Il est vrai que  lors de son discours de fin d’année, le président du Faso avait décidé de travailler pour qu’on ait au moins 30% de femmes dans le nouveau gouvernement qu’il allait former à l’issue des festivités de fin d’année. Nous n’avons sans doute pas atteint ce nombre mais nous sommes en train de travailler à faire en sorte que dans un délai très rapproché,  cet engagement puisse être respecté, parce que le chef de l’Etat estime que les femmes ont une très grande contribution à apporter à la prise de décisions au niveau de notre pays.

En ce qui concerne les innovations, nous avons créé deux ministères d’Etat. Un ministère d’Etat chargé de la Défense nationale et des anciens combattants  et un ministère d’Etat chargé de l’Administration du territoire, de la décentralisation et de la cohésion sociale. Ces deux ministères ont été érigés au rang de ministères d’Etat  du fait que le contexte sécuritaire est extrêmement difficile et partant, que le premier responsable de ce département doit être mis en avant pour pouvoir assurer  la sérénité au sein des Forces de défense et de sécurité de notre pays.

Au niveau du ministère de l’Administration du territoire, de la décentralisation et de la cohésion sociale,  le chef de l’Etat a estimé que la cohésion sociale fait partie désormais des grandes priorités qu’il faut assumer au niveau du pays. La cohésion sociale est le socle sur lequel devrait se bâtir toutes les actions de développement que nous devrons entreprendre. C’est pourquoi il a estimé que le ministre chargé de l’administration du territoire et de la décentralisation qui assure la couverture de l’ensemble du pays à travers les gouverneurs, les préfets, les hauts-commissaires  et les maires, est le département le plus décentralisé qui peut permettre de faire un travail de sensibilisation des populations pour éviter les difficultés que nous avons rencontrées  ces derniers temps  au niveau de la cohésion sociale.

Une des nouvelles innovations  apportées dans ce nouveau gouvernement est la valorisation,  la promotion des langues nationales. Parce que, si nous faisons de l’alphabétisation, il  faut que les langues nationales soient effectivement valorisées et promues au niveau de nos différentes écoles.  C’est pourquoi le chef de l’Etat a estimé que le ministère chargé de  l’éducation nationale et de l’alphabétisation devait porter ce challenge qui doit contribuer effectivement  à renforcer la cohésion sociale  au niveau  du pays.

Une des innovations également apportées  à la constitution de ce gouvernement est de travailler à faire en sorte que le ministère chargé de l’économie, des finances  et du développement soit  un ministère porteur de développement, de manière à ce que toutes les actions qui seront prises pour mobiliser les ressources financières, puissent contribuer à développer le pays  et faire en sorte que nous puissions mettre en œuvre les grands projets en cours devant contribuer  à la réalisation du référentiel de développement du pays,  à savoir le Plan national de développement économique et social (PNDES),  et à la réalisation des engagements que lui-même a pris avec le peuple burkinabè.  Je crois que nous nous sommes tous engagés à faire en sorte que  notre peuple prenne conscience de la volonté du président du Faso  d’aller vers la satisfaction de ces grandes préoccupations  et, qu’ensemble,  nous puissions connaitre un avenir radieux  et combattre les maux que nous connaissons,   à savoir l’effritement de la cohésion sociale, l’insécurité que nous rencontrons aujourd’hui.

Le chef de l’Etat a aussi instruit le gouvernement de travailler très fortement  à mettre en place les éléments  qui pourraient nous permettre  d’aller très rapidement à la réconciliation nationale parce qu’il tient à ce qu’à la fin de son premier mandat, cette question soit résolue car tout ce qui se passe aujourd’hui  au niveau de la justice doit être accéléré dans le sens de rétablir la vérité sur un certain nombre de questions , de rétablir la mise en œuvre des actions  qui devraient permettre d’apaiser les cœurs et de faire en sorte que nous puissions, au niveau politique, nous retrouver autour d’une même table pour réaliser cette réconciliation nationale qui est un facteur de développement pour l’ensemble de notre pays ».

Propos recueillis par Colette DRABO

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 2 NOVEMBRE 2016

ActuBurkina

8E Rentrée fiscale de la DGI : Budget 2023, une prévision de recette de 1 300 milliards de F CFA attendue

ActuBurkina

Lutte contre le terrorisme : Les armées burkinabè et nigérienne déciment une colonne de terroristes

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR