ActuBurkina
A la une Economie

Cybercriminalité : Un commercial en Orange money à détourné plus de 19 millions de FCFA

La BCLCC dans sa mission régalienne de protection numérique des personnes et de leurs biens dans le cyberespace burkinabé vient de mettre fin aux activités d’un présumé cyber-escroc.

En effet, 𝐁. 𝐆 est un employé engagé comme commercial au sein d’une société de mobile money. Il est chargé du recrutement, de la formation, de l’assistance des agents de transfert d’argent ainsi que de leur approvisionnement en monnaie électronique. Ayant constaté l’absence de contrôle pour l’acheminement des justificatifs d’approvisionnement dont il avait la charge, 𝐁. 𝐆 décide de mettre en œuvre son scénario. Ainsi, à l’aide des TIC, il a falsifié plusieurs reçus de versement qu’il envoyait ensuite par WhatsApp à son employeur pour témoigner de l’effectivité des opérations auprès de la coopérative d’épargne à laquelle la structure est affiliée.

Ces fichiers WhatsApp ont été configurés pour un temps donné à s’auto écraser afin de faire disparaitre les éléments de preuve.

Avec cette stratégie, 𝐁. 𝐆 reconnait avoir falsifié des reçus de paiement d’une valeur estimée à 𝐝𝐢𝐱-𝐧𝐞𝐮𝐟 𝐦𝐢𝐥𝐥𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐪𝐮𝐚𝐭𝐫𝐞 𝐜𝐞𝐧𝐭 𝐦𝐢𝐥𝐥𝐞 (𝟏𝟗.𝟒𝟎𝟎.𝟎𝟎𝟎) 𝐅𝐂𝐅𝐀.

Il a pour ce fait été conduit devant le Procureur du Faso pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

La BCLCC salue la collaboration de la population et l’invite plus de vigilance dans la conduite de ses activités.

Pour tout cas de cybercriminalité, contacter nous aux adresses suivantes :
𝐓𝐞𝐥 : (+𝟐𝟐𝟔) 𝟐𝟓 𝟑𝟗 𝟓𝟖 𝟒𝟐
𝐄-𝐦𝐚𝐢𝐥 : 𝐜𝐲𝐛𝐞𝐫𝐜𝐫𝐢𝐦𝐞@𝐬𝐞𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭𝐞.𝐠𝐨𝐯.𝐛𝐟

#BCLCC
#Cybercriminalité

𝐕𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐬é𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭é 𝐧𝐮𝐦é𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞, 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐦𝐢𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 !!!

Articles similaires

Burkina – Djibrill Bassolé : « Oui, je vais annoncer ma candidature à la présidentielle » Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Interview | Burkina – Djibrill Bassolé : « Oui, je vais annoncer ma candidature à la présidentielle »

ActuBurkina

Classement FIFA : le Burkina gagne quatre places

ActuBurkina

Affaire charbon fin : « plus le temps passe, plus l’Etat court le risque de ne pas être suffisamment indemnisé ou de ne pas être indemnisé » (Me André Ouédraogo, avocat de l’Etat)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR