ActuBurkina
A la une Société

CRISE SECURITAIRE AU SAHEL : les trois solutions que propose le  théologien Ahmad Sawadogo pour y mettre fin

Dans cette adresse sur la situation qui prévaut dans les pays du Sahel, Dr Sawadogo Ahmad, théologien, prend la parole. Il fait trois propositions qui, selon lui, peuvent mettre fin à la crise.

« Je tiens à saluer les chefs d’Etat africains qui se sont rencontrés de temps à autre pour décider de la destinée du continent martyrisé, ce berceau de l’humanité qui peine à retrouver ses repères. Je les félicite et les encourage dans cette perspective.

Il est dit que de la consultation mutuelle, jaillissent de belles idées, Je demande à Allah, Maître Incontestable des Mondes, qu’Il leur accorde la foi nécessaire ainsi que la détermination afin de mener à bien cette mission qui est la leur: relever le défi dans un monde en perpétuelle insécurité.

Pour le Sahel, je leur propose ces trois solutions. Elles sont purement africaines: courtes mais redoutablement efficaces, si Allah le veut.

Premièrement, je demande à ce qu’une décision globale soit prise par cette instance continentale afin que chacune des 54 nations dont elle est composée, envoie un bataillon dans le Sahel. Car, il faut le dire, une chose reste floue pour bien des Africains dont je fais partie: comment peut-on comprendre que tous les pays aient envoyé des soldats en Somalie dans le dessein d’empêcher les Chebabs d’appliquer la Charia, d’être maîtres de la situation dans ce pays musulman? Plus inouï encore: combien de pays ont des contingents au Darfour? Ils sont à foison. Seront-ils incapables d’envoyer cette même artillerie au Sahel? Oh que non!

Et on laisse le Sahel orphelin et vide; à la merci de la France en particulier et des Occidentaux en général: ceux-là mêmes qui, il y a quelques décennies à peine, étaient nos bourreaux lorsqu’ils nous imposèrent la colonisation; que ce soit les mêmes aujourd’hui qui reviennent au grand galop pour nous sécuriser, c’est le comble.

Je doute fort des intentions de ces partenaires astucieux et rusés, qui, nous le savons, ne luttent que pour leurs intérêts. Un adage français le dit bien: « la France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts » ; fin de citation.

Toujours munis de slogans appâtant mais vides d’intérêts pour le continent. Je demande que la solution soit africaine.

L’on a en mémoire la fameuse guerre où nos braves tirailleurs Sénégalais quittèrent nos sols pour libérer la mère chérie: la France. Seront-ils incapables aujourd’hui d’avoir la même poigne pour libérer et sécuriser le Sahel ?

Question ! Réflexion ! Analyse !

Nous avons tous en mémoire encore cette expédition militaire où la Gambie fut la destination afin d’en déloger le fanfaron Yahya Jammeh.

Pour dire que « qui veut, peut ». Le Sahel est plus urgent que cela.

Des informations nous apprennent qu’un poste avancé au Bénin fut attaqué par des individus non identifiés.

Pour dire que l’heure n’est plus au sommeil, chers présidents.

En résumé : Un bataillon de chaque pays membre serait amplement suffisant pour combler cet espace sahélien: et la solution miracle se produira: l’extinction de cette gangrène mondiale: le terrorisme.

Il suffit d’une bonne volonté politique sans oublier les moyens nécessaires car tout cela va de pair.

Deuxièmement, une bonne couverture aérienne serait une solution non négligeable.

Aujourd’hui, la guerre est tactique, asymétrique. Le Prophète (que le Salut, la paix et la miséricorde d’Allah soient sur lui) de l’islam disait: « la guerre, c’est l’art de tromper l’ennemi ».

Le seul déploiement militaire est insuffisant quand nous savons que les forces du mal sont de plus en plus suffisamment armées: on n’est plus au temps des flèches et des lances: il s’agit d’une guerre dont seuls les mieux organisés et armés l’emporteront. Ceci palliera bien des problèmes tels les mines, lesquelles font des victimes de jour en jour dans nos rangs, des terroristes qui, de plus en plus, maîtrisent mieux le terrain. Un contrôle aérien parfait sera une solution convaincante.

Je me rappelle le cas du Tchad, victime une année d’une attaque venue de la Libye, un contingent fort de cent véhicules: il n’y a eu que 6 avions français qui ont réussi l’exploit en infligant une cuisante défaite à cette rébellion…

Sachez, chers présidents! La maîtrise de l’espace aérien dans cette guerre contre les forces du mal s’avère nécessaire.

A titre de proposition, une cinquantaine d’avions provenant du Mali, du Niger et du Burkina Faso et bien d’autres pays ne serait pas de trop. Il est temps de faire sortir cette artillerie et ne pas en faire l’économie pour des utilisations futures, car le futur ne sera luisant que lorsque le présent est assuré.

La force actuelle occidentale n’est due à nos jours qu’à sa grande capacité à maîtriser l’espace aérien : ainsi Khadaffi, Saddam Hussein ont fait les frais de ces redoutables armées de l’air.

S’il n’y a aucune réponse à cela, alors je doute fort qu’il y ait un agenda caché et enfoui quelque part, qu’on nous dissimule … Mais l’avenir nous le dira.

Troisièmement, j’interpelle nos chefs d’Etat à négocier avec la Banque mondiale, le FMI et la BCEAO, afin qu’ils leur octroient des moyens financiers. Ces moyens permettront d’effectuer un recrutement gigantesque de soldats; un million de soldats au Sahel ne serait pas de trop si les moyens y sont mis.

Voila en résumé, trois solutions que nous proposons à nos dirigeants qui ont été au dernier sommet en Ethiopie. Et nous attendons leurs réponses.

Il faut dire sans être inquiété, que l’on a l’impression que des agendas sont cachés et non divulgués: sinon comment peut-on comprendre qu’il n’y ait pas de condamnation lorsque nous assistons à des tueries sur nos sols alors que dans l’Hexagone, deux personnes tuées suffisent à ameuter les instances internationales ? Et combien de fois n’avons nous pas vu, et si honte pouvait tuer, des présidents africains se mobiliser et aller assister en liesse à des funérailles auprès de leur colons et chefs: les occidentaux ? Où se trouve la dignité africaine ?

Aucune condamnation et aucun sérieux dans cette lutte… Pour cette raison, je sors de mon silence aujourd’hui pour dire non à cette mascarade et pour en même temps faire cette proposition : trois solutions qui, je l’espère de tous mes vœux, auront auprès de nos décideurs un écho favorable afin que nous disions enfin : bye bye à cette épineuse question du terrorisme.

Nous ne comptons pas seulement sur la France : elle ne maîtrise pas mieux le terrain que nous, sans oublier qu’elle n’est pas toujours sincère.

La solution est absolument africaine et le cas des Casques bleus au Congo en est un exemple des plus illustratifs : si seulement c’était les Congolais, cette crise aurait eu une solution, une fin.

Qu’Allah bénisse et protège l’Afrique ! »

Dr Ahmad SAWADOGO, théologien

 

Articles similaires

Coopération : un nouvel ambassadeur du Ghana au Burkina Faso

ActuBurkina

19e ANNIVERSAIRE DE l’UNIR/PS : les chefs d’Etats africains invités  à « s’inspirer du courage politique et du combat » de Thomas Sankara

ActuBurkina

TUNISIE: TUNISIE : l’ex-président Zine el Abidine Ben Ali est décédé en Arabie saoudite

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR