ActuBurkina
A la une Santé

CORONAVIRUS : « ceci n’est pas la dernière pandémie « 

Les scientifiques spécialisés dans la chasse en cas de pandémie mettent en garde contre une « tempête parfaite » qui pourrait entraîner l’apparition de nouvelles maladies chez les animaux sauvages.

Nous avons créé « une tempête parfaite » pour que les maladies de la faune sauvage se répandent chez les humains et se propagent rapidement dans le monde entier, avertissent les scientifiques.

L’empiètement de l’homme sur la faune et la flore accélère ce processus.

Cette perspective est celle des experts de la santé mondiale qui étudient comment et où les nouvelles maladies apparaissent.

Dans le cadre de cet effort, ils ont mis au point un système de reconnaissance de modèles pour prédire quelles maladies de la faune sauvage présentent le plus de risques pour l’homme.

Cette approche est dirigée par des scientifiques de l’université de Liverpool, au Royaume-Uni, mais elle s’inscrit dans le cadre d’un effort mondial visant à développer des moyens de mieux se préparer aux futures épidémies.

Nous avons évité cinq balles

« Au cours des 20 dernières années, nous avons eu six menaces importantes – SRAS, MERS, Ebola, grippe aviaire et grippe porcine », a déclaré Professeur Matthew Baylis de l’Université de Liverpool à BBC News. « Nous avons évité cinq balles mais la sixième nous a atteint ».

« Et ce n’est pas la dernière pandémie à laquelle nous allons être confrontés, nous devons donc examiner de plus près les maladies des animaux sauvages ».

Dans le cadre de cet examen approfondi, lui et ses collègues ont conçu un système de reconnaissance de schémas prédictifs qui peut sonder une vaste base de données de toutes les maladies connues de la faune sauvage.

Parmi les milliers de bactéries, parasites et virus connus de la science, ce système identifie des indices enfouis dans le nombre et le type d’espèces qu’ils infectent. Le projet utilise ces facteurs pour mettre en évidence ceux qui représentent la plus grande menace pour l’homme.

Si un agent pathogène est signalé comme prioritaire, les scientifiques affirment qu’ils pourraient orienter les efforts de recherche vers la recherche de préventions ou de traitements avant qu’une épidémie ne se produise…

 » De nombreux scientifiques s’accordent à dire que notre comportement – en particulier la déforestation et notre empiètement sur divers habitats de la faune sauvage – contribue à la propagation plus fréquente de maladies des animaux aux humains…

Le professeur Eric Fevre, de l’université de Liverpool et de l’Institut international de recherche sur l’élevage à Nairobi, au Kenya, déclare que les chercheurs doivent être constamment sur leurs gardes dans les zones où le risque d’épidémie est le plus élevé.

Les fermes à l’orée des forêts, les marchés où les animaux sont achetés et vendus, sont autant de frontières floues entre les hommes et la faune, et de lieux où les maladies sont plus susceptibles d’apparaître.

« Nous devons être constamment à l’affût de ces interfaces et mettre en place des systèmes pour réagir si nous voyons quelque chose d’inhabituel », comme une épidémie soudaine dans un endroit particulier.

« De nouvelles maladies apparaissent dans la population humaine probablement trois à quatre fois par an », a déclaré le professeur Fevre. « Ce n’est pas seulement en Asie ou en Afrique, mais aussi en Europe et aux États-Unis ».

Matthew Baylis a ajouté que cette surveillance continue des nouvelles maladies est de plus en plus importante. « Nous avons créé ici une tempête presque parfaite pour l’émergence de pandémies », a-t-il déclaré à BBC News.

Le professeur Fevre a abondé dans le même sens. « Ce genre d’événement est susceptible de se reproduire encore et encore », a-t-il déclaré.

La crise actuelle, a déclaré le professeur Fevre, fournit une leçon à beaucoup d’entre nous sur les conséquences de notre propre impact sur le monde naturel.

« Toutes les choses que nous utilisons et prenons pour acquises – la nourriture que nous mangeons, les matériaux de nos smartphones ; plus nous consommons, plus quelqu’un gagnera de l’argent en les extrayant et en les déplaçant dans le monde.

« Il nous incombe donc à tous de réfléchir aux ressources que nous consommons et à l’impact qu’elles ont. »

BBC Afrique

Articles similaires

ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL : les élèves dans la rue pour exiger de meilleures conditions d’études

ActuBurkina

ETATS-UNIS : décès de l’ex-président George Bush (père) à l’âge de 94 ans

ActuBurkina

Request for Quotations

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR