ActuBurkina
A la une Société

CONFERENCE NATIONALE SUR L’INSURRECTION : pour poser les jalons d’un nouvel élan pour le Burkina

A l’occasion de la commémoration du deuxième anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, la Coalition des forces démocratiques pour un vrai changement (CFDC) présidée par Zéphirin Diabré, président de l’UPC, a initié une conférence nationale sur l’insurrection et les défis du Burkina post-insurrectionnel, ce 29 octobre 2016, à Ouagadougou. C’était en présence d’illustres invités dont le président de la Transition, Michel Kafando.

 

« Insurrection et aspirations au changement du peuple burkinabè : bilan et perspectives pour une réconciliation nationale ». C’est sous ce thème que se tient, ce 29 octobre,  la conférence nationale de la Coalition des forces démocratiques pour un vrai changement (CFDC), un regroupement de partis politiques et d’Organisations de la société civile. Ainsi, tout au long de cette journée, des panélistes vont échanger sur divers thèmes ayant trait à l’insurrection et au Burkina post-insurrection. Pour le président de la CFDC, Zéphirin Diabré, « en dédiant la conférence à l’insurrection mais aussi à la post-insurrection, nous affirmons clairement que nous sommes non seulement soucieux de dresser un bilan du mouvement social et politique  des 30 et 31 octobre,  mais que nous voulons aussi et surtout poser les jalons d’un nouvel élan pour notre pays.  En choisissant ce thème,  nous voulons que cette rencontre soit introspective et rassembleuse, qui   réunisse  toutes les sensibilités de la société burkinabè autour de valeurs telles que la paix et la cohésion nationale. La posture de cette conférence n’est pas que  nous avons fait une insurrection,  mais la posture est plutôt de dire que le Burkina Faso  a connu une insurrection en 2014 : que fait-on ? ».

A son avis, ce devoir  de mémoire, nous le devons à nous-mêmes mais surtout à ceux des camarades de lutte tombés sur le  champ d’honneur, en  quête  d’un grand espoir pour que le Burkina de demain soit meilleur.

Tout saluant la CFDC  pour avoir initié cette conférence, le président de la Transition, Michel Kafando, a confié que l’insurrection est un fait devenu incontestable, mieux elle est désormais et pour toujours inscrite en lettres d’or dans l’histoire, non seulement dans l’histoire du Burkina mais aussi dans l’histoire universelle. C’est pourquoi il plaide pour la culture de l’unité nationale mais d’œuvrer  de sorte à ce que ce qui a été fait il y a deux ans de cela, ne demeure à jamais.

« Que chacun mette de son côté son intérêt pour ne voir que celui général, à savoir lutter pour ce pays,  lui donner  les chances de  vivre dans le concert des nations, faire de ce pays un havre de  prospérité où tout le monde se comprend, se tolère,  où on peut se dire la vérité, bref  que  le schéma démocratique demeure le référentiel du nouveau Burkina  que nous avons mis en place », a-t-il  souligné.

 

Colette DRABO

Articles similaires

Affaire charbon fin : une délégation gouvernementale constate de visu les cargaisons acheminées à Ouagadougou

ActuBurkina

Présidentielle au Sénégal : L’Union africaine salue le choix du 24 mars

ActuBurkina

4e  𝗰𝘆𝗰𝗹𝗲 𝗱𝗲 𝗹’𝗲𝘅𝗮𝗺𝗲𝗻 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗶𝗾𝘂𝗲 𝘂𝗻𝗶𝘃𝗲𝗿𝘀𝗲𝗹 (𝗘𝗣𝗨) : 𝗟𝗮 𝗱𝗲́𝗰𝗹𝗮𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗹𝘂𝘀𝗶𝘃𝗲 𝗱𝘂 𝗺𝗶𝗻𝗶𝘀𝘁𝗿𝗲 𝗘𝗱𝗮𝘀𝘀𝗼 𝗥𝗼𝗱𝗿𝗶𝗴𝘂𝗲 𝗕𝗮𝘆𝗮𝗹𝗮 𝗳𝗮𝗶𝘁𝗲 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝘁𝗿𝗶𝗯𝘂𝗻𝗲 𝗱𝘂 𝗖𝗼𝗻𝘀𝗲𝗶𝗹 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗿𝗼𝗶𝘁𝘀 𝗱𝗲 𝗹’𝗵𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗮̀ 𝗚𝗲𝗻𝗲̀𝘃𝗲

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR